rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • La Maison Blanche juge les sanctions turques «regrettables»
  • Trump révoque l'habilitation secret défense de l'ex-chef de la CIA John Brennan (Maison Blanche)
  • Inde: 67 morts, 50000 déplacés par les inondations au Kerala (officiel)
  • Libye: 45 miliciens condamnés à mort pour avoir tué des manifestants anti-Kadhafi en 2011 (ministère)
  • Viaduc effondré à Gênes: Rome confirme qu'il va révoquer la concession de la société autoroutière Autostrade per l'Italia
  • Le gouvernement italien déclare l'«état d'urgence» pour 12 mois à Gênes
  • Embargo en Corée du Nord: Washington sanctionne deux sociétés russe et chinoise

Syrie

Publié le • Modifié le

Syrie: début de l'évacuation d'une zone rebelle au sud de Damas

media
Le camp palestinien de Yarmouk tenu par le groupe EI est soumis à une offensive de l'armée syrienne depuis mi-avril. SANA/Reuters

En Syrie, des rebelles ont commencé jeudi à quitter des communes situées au sud de Damas, dans le cadre d'un accord conclu entre le régime et les insurgés locaux.


Avec notre correspondant à BeyrouthPaul Khalifeh

Trente-cinq bus, transportant des centaines de rebelles et des membres de leurs familles, ont quitté, jeudi, les localités de Beit Sahm, Bibla et Yilda, au sud de Damas. L'évacuation des combattants vers le nord de la Syrie se poursuivra vendredi et samedi.

Le départ des rebelles de ces trois communes permet au régime de contrôler l'ensemble de Damas et de la province éponyme, à l'exception du quartier de Hajar al-Aswad et du camp palestinien de Yarmouk, situés à 9 kilomètres du Vieux Damas. Ces secteurs, contrôlés par le groupe Etat islamique, sont soumis à une offensive de l'armée syrienne depuis deux semaines.

Jeudi, les troupes gouvernementales ont réussi à séparer les deux quartiers, assiégeant les jihadistes dans deux petites poches. Selon des sources diverses, quelque 6000 civils se trouvent encore dans le camp de Yarmouk, tombé aux mains du groupe Etat islamique en 2015.

Après avoir sécurisé pratiquement toute la province de Damas et les environs de la capitale, l'armée syrienne s'est tournée vers Homs. Après quelques jours de combat, un accord d'évacuation a été conclu avec les rebelles des enclaves de Rastan, Talbissé, Ghanto et Houla, au nord de la province. Les insurgés ont commencé jeudi à remettre leurs armes lourdes. Seuls les jihadistes de l'ex-branche d'al-Qaïda en Syrie n'ont pas signé l'accord.

Chronologie et chiffres clés