rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Corées: des réunions de familles séparées par la guerre prévues en août
  • La Grèce «tourne une page» après l'accord de la zone euro sur la dette (gouvernement grec)
  • Politique française: pour Benoît Hamon (Générations), «le macronisme est une forme de racisme social» (Franceinfo)
  • Migrations: Benjamin Griveaux craint que l'Union européenne «se délite définitivement» faute de «projet commun» (Radio Classique)
  • Grève SNCF: Philippe Martinez (CGT) invite le Premier ministre Edouard Philippe à un «débat télévisé» sur le service public ferroviaire

Yémen Santé et Médecine

Publié le • Modifié le

Le Yémen pourrait subir une nouvelle épidémie de choléra, selon des chercheurs

media
Un infirmier soigne un enfant de 9 ans souffrant de déshydratation à cause du choléra, en mai 2017, dans un centre de MSF au Yémen. Nuha Haider/MSF

Le Yémen pourrait subir une nouvelle épidémie de choléra, selon les résultats d’une étude réalisée conjointement par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’ONG Médecins sans frontières (MSF) et les autorités sanitaires du pays. Une étude publiée dans The Lancet Global Health qui montre que la saison des pluies à venir représente un véritable risque sanitaire. Près de 2 400 décès sur plus d’un million de cas ont été recensés depuis 2016.


Qualifiée de modérée en 2016, d’exceptionnelle l’année dernière, une éventuelle troisième flambée épidémique oblige la prise de mesures immédiates afin que les spécialistes et les populations soient réactifs face à des vagues de nouveaux cas de choléra.

Le Dr Anton Camacho est chercheur à Epicentre, le département de recherche de Médecins sans frontières et auteur principal de l’étude :

« On a une première vague en 2016, 2017 qui est relativement faible, explique-t-il. Cette première vague elle se propage pendant la saison sèche, moins favorable au choléra, et à partir d’avril 2017, on a l’arrivée des pluies. C’est à ce moment-là que l’on voit une augmentation exponentielle du nombre de cas de choléra au Yémen, presque partout sur le territoire. Donc il y a eu la saison des pluies jusqu’en octobre dernier. Et à partir d’octobre le nombre de cas a pratiquement chuté et là on est dans une phase avec un nombre de cas assez bas, mais toujours présent un peu partout sur le territoire, notamment dans des centres urbains où il y a une forte densité. Et donc ce que l’on craint et ce à quoi on se prépare, c’est qu’avec cette nouvelle saison des pluies qu'on revive un scénario similaire. A priori on espère faire beaucoup mieux que l’année dernière. »

Afin de ne pas être pris de court, des mesures de filtration et purification de l’eau sur le terrain ainsi que la surveillance épidémiologique, des vaccins et l’information aux populations mobilisent les responsables locaux, donateurs et partenaires au moins jusqu’à la fin de la saison des pluies en août prochain.

Chronologie et chiffres clés