rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Urgent
Mondial 2018: la Belgique réussit son entrée par une victoire face au Panama 3-0 dans le groupe G

Israël Erythrée Soudan Immigration

Publié le • Modifié le

Israël: le gouvernement contraint d'annuler son plan d'expulsion de migrants africains

media
Des réfugiés africains pour la plupart venus d'Erythrée et du Soudan à Tel Aviv, en Israël. AFP/Yehuda RAIZNER

Après des mois de controverse, le gouvernement israélien a été contraint d'annuler son plan d'expulsion des migrants africains. Près de 40 000 Erythréens et Soudanais entrés illégalement en Israël entre 2006 et 2013 devaient être concernés. Mais devant la Cour suprême, il a reconnu ce mardi 24 avril qu'il n'était pas en mesure de mettre en place son plan.


Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

Depuis plusieurs semaines désormais, les services israéliens de l'immigration avaient commencé à envoyer des avis d'expulsion et mener des entretiens préalables à un départ. Les personnes concernées, des célibataires uniquement, se faisaient alors expliquer qu'elles devaient partir « vers un pays tiers sûr avec lequel Israël a un accord », selon les mots du représentant de l'Etat.

Une coalition d'organisations de défense des droits de l'Homme avait saisi la plus haute instance judiciaire du pays et demandé à ce que les migrants menacés d'expulsion puissent voir les accords en question.

Mais ce mardi 24 avril, le gouvernement a reconnu qu'il n'avait actuellement pas la possibilité de les expulser de force. Il a donc arrêté les procédures et les Erythréens et Soudanais concernés se verront attribuer des titres de séjour de deux mois.

Contre-attaque de Netanyahu

Les organisations qui ont mené cette bataille judiciaire se disent « soulagées de voir que d'autres pays n'ont pas voulu participer au plan d'Israël d'expulser de force des demandeurs d'asile ».

Mais ce mardi soir, le Premier ministre a annoncé son intention de rouvrir un centre de détention construit spécifiquement pour les migrants africains. Benyamin Netanyahu promet de faire passer rapidement une loi contournant la Cour suprême « pour résoudre le problème ».

Chronologie et chiffres clés