rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Foot: Neymar annonce qu'il reste au Paris Saint-Germain
  • Cyclisme: l'Italien Nibali, blessé, abandonne le Tour de France (équipe)

Russie Syrie Etats-Unis Donald Trump

Publié le • Modifié le

Syrie: les Etats-Unis devraient annoncer de nouvelles sanctions contre la Russie

media
Les Etats-Unis vont annoncer de nouvelles sanctions contre la Russie de Vladimir Poutine soupçonnée d'avoir assisté son allié syrien lors de ses attaques chimiques. George OURFALIAN / AFP

Aux Etats-Unis, l'administration Trump doit annoncer ce lundi 16 avril de nouvelles sanctions contre la Russie. Après les frappes aériennes sur la Syrie il y a deux jours, c'est une nouvelle conséquence de la présumée attaque à l'arme chimique menée par le régime de Bachar el-Assad. Car Moscou est un allié de Damas, que Washington ne veut pas affranchir de toute responsabilité dans ce nouveau drame qui a fait plusieurs dizaines de morts civiles.


Avec notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier

Fin mars, Donald Trump avait annoncé qu'il souhaitait retirer ses troupes de Syrie. Quinze jours plus tard, il a ordonné les plus importantes frappes américaines depuis le début du conflit. Sa volonté isolationniste s'est en effet heurtée à la ligne rouge qu'il avait tracée, l'utilisation d'arme chimique contre des populations civiles, mais aussi au possible rôle de Moscou dans ce dossier.

Car les Etats-Unis ne tiennent pas Damas pour unique responsable. La Russie était censée freiner le régime syrien, elle n'a pas pu, ou pas voulu. L'a-t-elle même carrément assisté dans cette funeste entreprise ? C'est ce qu'a sous-entendu dimanche Nikki Haley.

Evoquant une trentaine d'attaques chimiques en un an, l'ambassadrice américaine à l'ONU a annoncé de nouvelles mesures contre Moscou. « Des sanctions vont être prises contre la Russie, le secrétaire au Trésor Mnuchin les annoncera lundi. Elles viseront directement toutes sortes d'entreprises en lien avec Assad et l'utilisation d'armes chimiques. Donc je pense que tout le monde va le ressentir, que tout le monde voit que nous envoyons un message fort. Notre espoir est d'être entendus », a-t-elle affirmé.

Moscou soutient Assad sur le terrain, mais elle le protège aussi à l'ONU. L'emploi systématique du véto russe pour bloquer les résolutions du Conseil de sécurité exaspère les Américains. Mais Washington le répète : l'opération de vendredi était ponctuelle, en réponse à l'emploi d'armes chimiques, hors de question de s'engager davantage dans le conflit. En 2013, la Russie avait profité du recul américain pour étendre son influence, elle est aujourd'hui un acteur majeur en Syrie.

Chronologie et chiffres clés