rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Strasbourg: Macron remercie «l'ensemble des services mobilisés» dans la traque de l'auteur de l'attentat
  • Cessez-le-feu au Yémen: «La paix est possible», estime Pompeo
  • Foot: la Fédération ivoirienne a saisi le Tribunal arbitral du sport contre la décision de la CAF de confier la CAN 2021 au Cameroun
  • Le parlement irlandais vote pour la légalisation de l'avortement
  • Khashoggi: le Sénat américain juge le prince héritier saoudien «responsable du meurtre»
  • Attentat de Strasbourg: Chérif Chekatt a été abattu par la police dans un quartier de la ville
  • France: le marché de Noël de Strasbourg rouvrira vendredi (Castaner)
  • Yémen: l'Iran salue les avancées «prometteuses» des consultations de paix

Ligue Arabe Arabie saoudite Jérusalem Iran

Publié le • Modifié le

Sommet de la Ligue arabe: Riyad place Jérusalem et l'Iran en tête des priorités

media
Photo de famille le 15 avril 2018 au 29e sommet de la Ligue arabe à Dhahran en Arabie saoudite. REUTERS/Hamad I Mohammed

Le sommet de la Ligue arabe s’est tenu ce dimanche 15 avril. L'Arabie saoudite accueillait cette réunion annuelle. Il a été question de la Syrie, au lendemain des frappes occidentales. Mais la réunion a été dominée par la question de Jérusalem et par les tensions avec l'Iran. 


La Ligue arabe appelle à « réactiver le processus politique en Syrie », pays suspendu de l'organisation depuis 2011, en raison de sa répression du soulèvement.

En accueillant la vingtaine de représentants des pays arabes, le roi Salman a réaffirmé sans surprise sa condamnation de la politique iranienne dans la région. Le souverain a qualifié « d'agressive » l'attitude de la République islamique, l'accusant de « terrorisme » et « d'ingérences flagrantes » dans les affaires des pays arabes, dans le communiqué final du sommet de ce dimanche.

La réunion a été largement consacrée au dossier israélo-palestinien, rejetant la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël. Il y a quelques semaines, le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salman avait évoqué le droit des Israéliens à disposer de leur Etat, ce qui avait été interprété comme un nouveau signe de rapprochement entre l'Arabie saoudite et l'Etat hébreu qui ont en commun leur opposition à Téhéran.

Chronologie et chiffres clés