rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Israël Territoires Palestiniens Jean-Yves Le Drian Benyamin Netanyahu

Publié le • Modifié le

A Ramallah, Jean-Yves Le Drian réaffirme la position française mais sans plus

media
Jean-Yves Le Drian et Mahmoud Abbas se sont entretenus à Ramallah, le 26 mars 2018. Abbas Momani/Pool via Reuters

Le ministre français des Affaires étrangères a rencontré lundi 27 mars le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président palestinien Mahmoud Abbas. au cours d'une journée marathon.


Avec notre correspondante à Ramallah,  Marine Vlahovic

Quelques mois après la décision unilatérale de Donald Trump de reconnaitre Jérusalem comme la capitale d'Israël et alors que l'initiative américaine de paix - le « fameux deal du siècle » - devrait être bientôt présentée. Les Palestiniens attendaient beaucoup de cette visite, mais la France est seulement venue rappeler les principes de base sans prendre de véritable engagement.

Réaffirmer la position française sur le conflit israélo-palestinien, c'était l'objectif de la visite de Jean-Yves Le Drian à Ramallah. Mais le principe de base d'une solution à deux Etats dans les frontières de 1967, avec pour chacun, Jérusalem comme capitale, est aujourd'hui menacé, selon le ministre français des Affaires étrangères : « Nous avons eu avec le président Abbas des discussions approfondies sur la situation sur le terrain, et en particulier sur les menaces qui pèsent aujourd'hui sur la solution à deux Etats. Je suis venu ici aussi pour adresser un message de solidarité au peuple palestinien, et la France continuera de se tenir à ses côtés, de même qu'elle continuera d'accompagner l'autorité palestinienne dans la voie de l'établissement d'un futur Etat palestinien. »

Un accompagnement mais pas de reconnaissance formelle d'un Etat palestinien qui interviendra le moment venu a dit Jean-Yves Le Drian. Le chef de la diplomatie a aussi promis un accompagnement de toutes les initiatives crédibles de relance des négociations de paix. Mais pas question toutefois de porter une alternative au « deal du siècle » présenté prochainement par les Américains et déjà refusé par les Palestiniens.

Chronologie et chiffres clés