rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Urgent
Foot: Paris s'incline à Liverpool (3-2) et Monaco perd contre l'Atlético de Madrid (1-2) lors de la 1ère journée de la Ligue des champions

Syrie ONG Droits de l'enfant Santé et Médecine

Publié le • Modifié le

Syrie: les enfants handicapés et mutilés par la guerre menacés d'exclusion

media
En Syrie, les enfants sont parmi les premières victimes de la guerre. Sur la photo, des secouristes sauvent des enfants après un raid aérien à Alep, le 2 juin 2014. REUTERS/Sultan Kitaz

En Syrie, les enfants sont parmi les premières victimes de la guerre. Et l'année 2017 a été la plus meurtrière pour eux, affirme l'Unicef. Le nombre d'enfants tués a augmenté de 50% par rapport à l'année précédente. Les enfants représentent aussi près de la moitié des personnes handicapées ou mutilées par les violences. Ils risquent d'être stigmatisés, s'inquiète l'Unicef.


Avec notre correspondante à Beyrouth,  Laure Stephan

Bassel a 17 ans, et il a perdu l'usage de ses jambes il y a quatre ans après avoir été blessé dans un bombardement en Syrie. Aujourd'hui, réfugié au Liban, c'est en pratiquant le violon, dans un centre soutenu par l'Unicef, qu'il essaie de tourner la page.

« Je ne reçois pas de soutien pour faire de la rééducation, des mouvements, je le fais par moi-même. Avant, je me sentais très honteux, je restais loin des gens. Grâce au violon je me suis adouci, envers moi, envers tout », raconte le jeune homme.

En Syrie, l'une des priorités de l'Unicef, c'est de permettre aux enfants mutilés par la guerre de poursuivre leur scolarité. Il s'agit aussi d'éviter qu'ils soient davantage marginalisés, en sensibilisant au handicap physique.

« Il y a une réticence d’en parler. Il y a une sorte de gêne. Donc pour l’Unicef, un de nos efforts est la sensibilisation de la population à ce handicap qui est une des conséquences d’une guerre dont les enfants ne sont nullement responsables », explique Geert Cappelaere, directeur régional pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

Pour les enfants, le risque de graves blessures de guerre demeure même dans les régions syriennes ou le conflit a baissé en intensité, à cause de la présence de mines et d'engins non explosés.

(Re) lire : La souffrance mentale, un mal inquantifiable dont souffrent les enfants de Syrie

Chronologie et chiffres clés