rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Territoires Palestiniens Israël

Publié le • Modifié le

Le convoi du Premier ministre palestinien victime d’une attaque à Gaza

media
Véhicule du convoi du Premier ministre palestinien Rami Hamdallah, après l'explosion survenue dans le nord de la bande de Gaza, le 13 mars 2018 REUTERS/Mohammed Salem

Une explosion a eu lieu ce matin, dans la bande de Gaza lors du passage du convoi du Premier ministre palestinien. Rami Hamdallah, chef du gouvernement basé à Ramallah, était venu inaugurer une station d'épuration d'eau dans l'enclave contrôlée par le Hamas. L'explosion a fait 7 blessés. Le Premier ministre est indemne. Mais l'Autorité palestinienne dénonce une «tentative d'assassinat» dont elle tient le mouvement islamiste pour responsable.


De notre correspondant à JérusalemGuilhem Delteil 

C'est juste après l'arrivée du convoi du Premier ministre dans la bande de Gaza que l'explosion a eu lieu. Et pour l'Autorité palestinienne, il ne fait pas de doute que le chef du gouvernement était visé. Le président Mahmoud Abbas a dénoncé un «lâche attentat» et «une attaque ignoble» dont le gouvernement palestinien tient pour responsable le Hamas, soulignant que le mouvement islamiste contrôle la bande de Gaza.

 

De son côté, le Hamas a condamné cette attaque qui vise selon lui à « saper les efforts menés en vue d'une réconciliation » palestinienne. Il assure que les responsables de cette explosion sont ceux qui ont mené les attaques qui ont visé ces derniers mois deux de ses cadres. Le mouvement islamiste se dit donc aussi victime de cette violence et il dénonce les accusations de la présidence palestinienne: il refuse d'endosser la responsabilité de cette attaque et il annonce même avoir déjà procédé à des arrestations.

 

Quelques minutes après l'explosion, le Premier ministre palestinien a réaffirmé sa volonté de travailler avec le mouvement islamiste. Mais l'incident de ce 13 mars risque de renforcer l'intransigeance de Mahmoud Abbas à l'égard du Hamas. Le président de l'Autorité palestinienne a d'ailleurs annoncé plusieurs réunions dans les prochains jours afin de prendre «les décisions appropriées» après ce qu'il qualifie d' «évolution dangereuse».

 

Ce qui est arrivé est arrivé. C'était un attentat bien planifié. Il s'agissait d'une bombe enfouie près de deux mètres sous terre sur le passage du convoi, c'est ce qu'on nous a dit quand nous sommes partis. Mais grâce à Dieu nous sommes saufs...Et les 6 policiers blessés sont maintenant hospitalisés à Ramallah. Nous demandons encore une fois au Hamas de laisser le gouvernement palestinien prendre le contrôle sécuritaire de Gaza. C'est la demande légitime de tout gouvernement, car sans sécurité il n'y aura pas d'Autorité Palestinienne à Gaza. Cet évènement ne freine pas le travail que nous menons à Gaza, et ne met pas en danger le processus de réconciliation. Ce processus a été défini comme stratégique par le président, pour le gouvernement et le peuple palestinien. Nous continuerons à travailler, jusqu'à ce que nous soyons en mesure de revenir à Gaza. Gaza est unie à la Cisjordanie et à Jérusalem-Est, il n'y aura pas d'Etat palestinien sans Gaza.
Rami Hamdallah 13/03/2018 - par Marine Vlahovic Écouter
Chronologie et chiffres clés