rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Négociations du Brexit: le chancelier autrichien Sebastian Kurz confirme «un sommet spécial» en novembre 2018
  • Parlement européen: pour Laurent Wauquiez (LR), Orban «a toute sa place au PPE» («Figaro»)
  • Plusieurs centaines de migrants évacués ce jeudi matin du centre de la ville de Nantes
  • Procès Bygmalion: la décision sur les recours de Sarkozy a été reportée au 25 octobre (cour d'appel)
  • France-CSG: 300 000 retraités bénéficieront en 2019 d'un geste fiscal (Philippe)
  • Guerre commerciale: le patron d'Alibaba Jack Ma renonce à sa promesse de créer un million d'emplois aux Etats-Unis (Chine nouvelle)
  • Japon: le Premier ministre Shinzo Abe a été réélu à la tête de son parti (officiel)

Egypte Abdel Fattah al-Sissi

Publié le • Modifié le

Présidentielle en Egypte: rencontre avec le «candidat» Moussa Mostafa Moussa

media
La campagne pour la présidentielle du candidat Moussa Mostafa Moussa dans le centre du Caire, le 4 mars 2018. REUTERS/Mohamed Abd El Ghany

En Egypte, RFI a pu s'entretenir avec le candidat qui s’oppose à Abdel Fatah al-Sissi lors de l’élection présidentielle égyptienne. Le méconnu Moussa Mostafa Moussa est accusé par l’opposition d’être un candidat fantoche, qui fait acte de présence pour sauver les apparences d’un scrutin où les candidats sérieux ont été écartés les uns après les autres. Moussa Mostafa Moussa assume son soutien passé au président Abdel Fatah al-Sissi, mais explique vouloir proposer une alternative économique.


Avec notre correspondant au Caire,  François Hume-Ferkatadji

Le candidat Moussa, francophone, parle longuement de son programme économique qu’il a appelé « le capitalisme national ». Il souhaite notamment voir rouvrir plus de 2 000 usines laissées à l’abandon dans le pays. Un programme globalement peu lisible qui n’est toujours pas disponible en ligne ou ailleurs.

De toute évidence, la compétition entre les deux candidats est inexistante. Moussa défendait encore il y a peu la politique du président Sissi.

« J'étais en parallèle avec le président, totalement. Mon support pour lui à un certain moment, ça ne veut pas dire que je ne peux pas être en compétition avec lui. Nous sommes en compétition, mais nous n'avons jamais été des ennemis, nous avons la même école contre les Frères musulmans et contre les ennemis de ce peuple-là, de cette population », affirme-t-il.

REPORTAGE
Nous sommes en compétition, mais nous n'avons jamais été des ennemis.
Rencontre avec le candidat Moussa Mostafa Moussa 11/03/2018 - par François Hume-Ferkatadji Écouter

Tout au long de l’entretien, Moussa Mostafa Moussa n’aura aucun mot critique contre son adversaire. En revanche, et peut-être par mégarde, ce grand businessman avoue avoir commis un abus de biens sociaux pour financer sa campagne.

« Nos usines sont très fortes parce que nous avons des associations avec des experts internationaux. Je pense que ça marche bien, ça nous a aidés, et même j'ai piqué pas mal d'argent pour faire ma campagne quoi, dans mes usines, pour notre propre fonds quoi », admet-il.

Le scrutin sans suspense se déroule du 26 au 28 mars. Ayant réduit au silence tous ses adversaires, l’ex-maréchal Abdel Fatah al-Sissi est assuré de l’emporter.

(Re) lire : Egypte: la campagne pour l’élection présidentielle s’ouvre ce samedi

Chronologie et chiffres clés