rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Négociations du Brexit: le chancelier autrichien Sebastian Kurz confirme «un sommet spécial» en novembre 2018
  • Parlement européen: pour Laurent Wauquiez (LR), Orban «a toute sa place au PPE» («Figaro»)
  • Plusieurs centaines de migrants évacués ce jeudi matin du centre de la ville de Nantes
  • Procès Bygmalion: la décision sur les recours de Sarkozy a été reportée au 25 octobre (cour d'appel)
  • France-CSG: 300 000 retraités bénéficieront en 2019 d'un geste fiscal (Philippe)
  • Guerre commerciale: le patron d'Alibaba Jack Ma renonce à sa promesse de créer un million d'emplois aux Etats-Unis (Chine nouvelle)
  • Japon: le Premier ministre Shinzo Abe a été réélu à la tête de son parti (officiel)

Israël Territoires Palestiniens Justice Droits de l’homme

Publié le • Modifié le

Israël: la famille d’Ahed Tamimi victime d’une campagne de dénigrement

media
La Palestinienne Ahed Tamimi devant un tribunal militaire à la prison d'Ofer en Cisjordanie, le 1er janvier 2018. Ahmad GHARABLI / AFP

La jeune fille de 17 ans est devenue une icône de la cause palestinienne depuis son incarcération en décembre dernier pour avoir giflé et bousculé un soldat israélien dans son petit village de Nabi Saleh. La vidéo de l'altercation est devenue virale et a fait le tour du monde. 12 chefs d’inculpation dont violences aggravées pèsent contre l’adolescente. Le procès qui se déroule à la cour militaire israélienne d’Ofer, en Cisjordanie occupée, pourrait durer plusieurs mois. Et la très médiatique famille Tamimi, symbole de la résistance non violente à l’occupation israélienne, subit une constante campagne de dénigrement.


Avec notre correspondante à Tel-Aviv,  Marine Vlahovic

Héroïne pour les uns, provocatrice pour les autres, Ahed Tamimi est aussi considérée comme une actrice par certains responsables politiques israéliens. Ces derniers n’hésitent pas à affirmer que la famille Tamimi n’est pas réelle, mais a été créée à des fins de propagande palestinienne.

Et cette théorie du complot rencontre un large écho dans la société israélienne, au grand regret d’Oren Persico, cofondateur du 7e œil, un observatoire des médias.

« Le public israélien veut croire à cette version, donc les médias, les politiciens et l’armée font tout pour faire croire que les membres de cette famille sont des menteurs, ou laisser planer le doute sur l’existence réelle de cette famille, peut-être composée d’acteurs. C’est juste une autre manière pour les Israéliens de nier l’occupation et ce que l’armée israélienne fait tous les jours au nom des Israéliens », souligne-t-il.

Une occupation militaire pourtant bien réelle. Depuis l’incarcération d’Ahed Tamimi en décembre dernier, plus d’une dizaine de membres de sa famille ont été arrêtés par l’armée israélienne. Le procès de l’adolescente reprend ce dimanche 11 mars. Elle risque plusieurs années d’emprisonnement.

(Re) lire : Ahed Tamimi : jeune icône de la cause palestinienne

Chronologie et chiffres clés