rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Urgent
Foot: Paris s'incline à Liverpool (3-2) et Monaco perd contre l'Atlético de Madrid (1-2) lors de la 1ère journée de la Ligue des champions

Syrie ONU Humanitaire Bachar el-Assad Diplomatie

Publié le • Modifié le

Syrie: un nouveau convoi humanitaire attendu dans la Ghouta orientale

media
Un convoi humanitaire du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés arrive dans la ville assiégée de Douma, dans la Ghouta orientale, le 5 mars 2018. Bassam Khabieh/REUTERS

Un nouveau convoi doit tenter de rejoindre Douma ce jeudi 8 mars. Onze jours après le vote d'une résolution exigeant un cessez-le-feu en Syrie, le Conseil de sécurité n'a pu faire que le constat de sa non-application sur le terrain. 200 civils ont trouvé la mort depuis l'adoption de cette trêve. La réunion en urgence, à huis clos, avait été réclamée ce mercredi 7 mars par la France et le Royaume-Uni suite aux informations faisant état d'une livraison d'aides humanitaires interrompue par de violents bombardements lundi 5 mars.


Avec notre correspondante à New York, Marie Bourreau

Si ce convoi parvenait à atteindre la Ghouta orientale, ce serait le signe que la pression exercée en privé sur la Russie commence à porter ses fruits. Le Conseil de sécurité a mis tout son poids pour que Moscou facilite cette livraison d'une aide humanitaire chaque jour plus essentielle aux 400 000 civils pris au piège des bombardements. Plus de camions sont d'ailleurs prêts à rejoindre l'enclave de la Ghouta, ont indiqué des diplomates.

Mais 12 jours après l'accord unanime pour un cessez-le-feu en Syrie, le constat reste très amer : son application est « totalement et complètement insuffisante », s'est insurgé l'ambassadeur suédois qui avait porté cette résolution devant le Conseil de sécurité avec le Koweït.

L'envoyé spécial veut négocier le départ des terroristes présumés

Pour sortir de cette situation bloquée, l'envoyé spécial de l'ONU en Syrie Staffan de Mistura aurait donc suggéré de servir d'intermédiaire. Il espère négocier entre la Russie et les groupes armés présents dans l'enclave le départ des éléments considérés comme terroristes qui restent un point de blocage.

Moscou n'a pour l'instant pas indiqué sa position. Le Conseil doit se réunir à nouveau lundi 12 mars autour du secrétaire général Antonio Guterres pour faire le point sur la trêve.

Chronologie et chiffres clés