rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Mahmoud Ahmadinejad Iran Ali Khamenei

Publié le • Modifié le

Iran: l'ex-président Mahmoud Ahmadinejad réclame des «élections libres»

media
L'ex-président iranien Mahmoud Ahmadinejad avant l'élection présidentielle iranienne, à Téhéran, le 12 avril 2017. Tasnim News Agency/Handout via REUTERS

Mahmoud Ahmadinejad a posé un nouvel acte de défi aux autorités de la République islamique ce jeudi 22 février. L'ancien président iranien, dont le nom est associé à la répression des troubles post-électoraux de 2009, plaide pour l'organisation immédiate d'« élections libres » en Iran.


Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

Dans une lettre ouverte au guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, l'ancien président populiste et ultraconservateur a demandé l'organisation d'« élections présidentielle et législatives libres » sans l'intervention du Conseil des gardiens de la Constitution, organe contrôlé par les conservateurs et qui est chargé de valider les candidatures aux élections générales.

Mahmoud Ahmadinejad a également demandé que les organes militaires et sécuritaires n'interviennent pas dans les élections. Ces derniers mois, Mahmoud Ahmadinejad a multiplié les déclarations hostiles contre le pouvoir, notamment contre le chef de l'autorité judiciaire, l'ayatollah Sadegh Larijani et son frère Ali Larijani, qui dirige le Parlement.

Ennuis judiciaires

Il a également demandé la libération de toutes les personnes arrêtées ou condamnées pour avoir critiqué le pouvoir. L'ancien président et plusieurs de ses proches sont impliqués dans plusieurs affaires judiciaires, notamment pour corruption. Ainsi son proche allié, l'ancien vice-président Hamid Baghaie, a été condamné à 15 ans de prison pour corruption. Les deux hommes ont été empêchés de se présenter à l'élection présidentielle de 2017.

En 2009, la réélection de Mahmoud Ahmadinehad avait été contestée par les réformateurs et les modérés, qui avaient parlé de fraudes massives. Aujourd'hui, il se pose en défenseur des couches populaires en multipliant les déclarations contre les autorités.

Chronologie et chiffres clés