rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Le parquet de Tokyo confirme la garde à vue de Ghosn pour des soupçons de dissimulation de revenus

Territoires Palestiniens ONU Mahmoud Abbas Etats-Unis

Publié le • Modifié le

ONU: au Conseil de sécurité, Abbas réclame une conférence internationale

media
Le président palestinien Mahmoud Abbas, à l’ONU mardi 20 février 2018. REUTERS/Lucas Jackson

Le président palestinien Mahmoud Abbas était à l’ONU mardi 20 février pour une allocution exceptionnelle dans l’enceinte du Conseil de sécurité où il n’avait pas mis les pieds depuis 2009. Le vieux « raïs » de 83 ans a vivement critiqué l’administration Trump qui s’est disqualifiée à ses yeux comme médiateur du conflit après avoir reconnu unilatéralement Jérusalem comme capitale d’Israël en décembre dernier. Abbas appelle donc la communauté internationale à soutenir rapidement une nouvelle initiative internationale pour contrer l’hégémonie des Américains sur ce dossier.


Avec notre correspondante à New York, Marie Bourreau

L’Autorité palestinienne avait déjà fait savoir qu’elle rejetait par avance le plan de paix des Américains. Cette fois, Mahmoud Abbas va plus loin et demande le soutien de l’ONU pour une conférence internationale qui fixerait de nouveaux paramètres dès la mi-2018 : « Il est devenu impossible aujourd'hui à un seul pays ou à un seul État de résoudre un conflit régional ou international sans la participation d'autres partenaires internationaux. »

Symboliquement, Jared Kushner et Jason Greenblatt, les deux négociateurs américains, étaient présents dans l’enceinte du Conseil de sécurité pour écouter le raïs dévoiler sa proposition de feuille de route, immédiatement rejetée par Nikki Haley, l’ambassadrice américaine. « Vous pouvez choisir d'avancer avec nous vers un compromis négocié qui offre un grand potentiel pour améliorer la vie du peuple palestinien, a-t-elle déclaré. (…) Mais nous n’allons pas courir après vous. Le choix, monsieur le président, vous appartient. »

Mais Mahmoud Abbas, qui a fait vœu de ne rencontrer aucun officiel américain tant que Washington ne revient pas sur sa décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, avait depuis longtemps quitté la salle du Conseil.

Chronologie et chiffres clés