rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Viaduc effondré en Italie: le bilan est désormais de 38 morts confirmés et de plusieurs disparus (Salvini)
  • Ankara refuse à nouveau de lever l'assignation à résidence du pasteur Brunson (médias)
  • Viaduc effondré en Italie: le gouvernement indique vouloir révoquer la concession autoroutière (ministres)
  • Israël rouvre un passage vital vers la bande de Gaza après des semaines de tensions (officiel)
  • Le président russe Vladimir Poutine se déclare prêt à rencontrer le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un (KCNA)
  • Ankara annonce l'augmentation des tarifs douaniers de plusieurs produits américains (journal officiel)

Koweït Irak

Publié le • Modifié le

La stabilisation de l'Irak au cœur de la conférence internationale au Koweït

media
Photo de groupe avec les chefs de la diplomatie des pays présents lors de la conférence internationale sur la reconstruction de l'Irak, à Bayan au Koweït, le 13 février 2018. REUTERS/Stephanie McGehee

Le Koweït accueille jusqu'à ce mercredi 14 février une grande conférence internationale pour la reconstruction de l'Irak, qui cherche à se rebâtir après trois ans de guerre contre le groupe Etat islamique. Les 74 pays membres de la coalition militaire anti-jihadistes en ont également profité pour se réunir ce mardi 13 février. Même si l'Irak a officiellement annoncé la fin de la guerre il y a deux mois, la coalition reconnaît que le groupe Etat islamique représente toujours une menace. Pour la communauté internationale la défaite définitive de l'organisation terroriste passe avant tout par la stabilisation de zones à risques en Irak.


Avec notre envoyé spécial au Koweït, Wilson Fache

« Le combat n'est pas terminé », a déclaré le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson en visite éclair à Koweït City mardi 13 février. Le groupe Etat islamique ne contrôle plus de territoires en Irak, mais il représente toujours une menace. La coalition estime qu'elle a donc atteint un point d'inflexion et qu'il leur faut maintenir leur attention sur l'Irak et la Syrie pour ne pas mettre en péril leurs récentes victoires et éviter une réémergence du groupe Etat islamique.

Leur approche se veut multilatérale: ils doivent notamment s'attaquer aux ressources financières de l'organisation terroriste, à sa présence en ligne et à ses combattants étrangers qui menacent la sécurité de leurs pays d'origine. Surtout, il leur faudra soutenir la stabilisation des territoires reconquis.

Lise Grande, coordinatrice humanitaire des Nations unies en Irak, s'est adressée aux partenaires de la coalition lors de cette conférence. Elle identifie cinq zones à risques qui nécessitent des investissements urgents.

« Ce que l'ONU a fait avec le gouvernement irakien, c'est identifier ce que nous appelons cinq zones rouges, explique-t-elle. Ce sont les territoires les plus instables des zones récemment libérées. Ce sont des endroits ou, si nous ne faisons rien maintenant, il y a une possibilité de réémergence d'un extrémisme radical. Tout le monde sait que le travail doit continuer. Nous devons consolider ces gains militaires. »

Sur les quarante villes reprises au groupe Etat islamique, 15 sont aujourd'hui considérées comme instables.

Chronologie et chiffres clés