rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Viaduc effondré en Italie: le bilan est désormais de 38 morts confirmés et de plusieurs disparus (Salvini)
  • Ankara refuse à nouveau de lever l'assignation à résidence du pasteur Brunson (médias)
  • Viaduc effondré en Italie: le gouvernement indique vouloir révoquer la concession autoroutière (ministres)
  • Israël rouvre un passage vital vers la bande de Gaza après des semaines de tensions (officiel)
  • Le président russe Vladimir Poutine se déclare prêt à rencontrer le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un (KCNA)
  • Ankara annonce l'augmentation des tarifs douaniers de plusieurs produits américains (journal officiel)

Israël Iran

Publié le • Modifié le

F-16 abattu: le spectre d'une guerre avec l'Iran dans la presse israélienne

media
Des soldats israéliens près de la frontière syrienne, sur le plateau du Golan, le 10 février 2018. REUTERS/ Ammar Awad

Assurant répondre à l'intrusion d'un drone iranien dans son espace aérien, Israël a mené samedi une série d'attaques aériennes en Syrie, contre des cibles syriennes et iraniennes. La presse israélienne consacre de longues pages ce matin au fait que le pays a perdu un de ses précieux avions de combat au cours de ces opérations.


Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

« La tête de la pieuvre, c’est l’Iran. » C’est ce qu’a proclamé ce dimanche matin sur les ondes de la radio publique israélienne un ministre, membre du cabinet de sécurité. Et c'est le ton général que l’on retrouve dans la presse du pays.

On peut dire que les médias israéliens, dans leur ensemble, se mobilisent. Mais les faits sont là : les journaux soulignent que c’est la première fois depuis 1982 qu’un avion israélien est abattu. Le régime d’Assad s’effrite mais, fait remarquer un commentateur, les défenses anti-aériennes syriennes, elles, se perfectionnent.

Alors on parle en Israël de l'audace de l’Iran. Et c’est, indique-t-on également, la première fois qu’Israël et l’Iran se confrontent de cette manière. Et que l’on avance à pas de géant vers la perspective d'une guerre ouverte et directe.

« Un bon coup dans son arrogance »

Un éditorialiste estime que c’est toute la réalité du Proche-Orient qui vient de basculer. « Les grandes vacances sont terminées pour Israël. Israël s’est pris un bon coup dans son arrogance », écrit un chroniqueur. « Retenez-moi, c’est ainsi qu’est définie la politique israélienne. »

Enfin, une autre remarque revient souvent : le grave incident d'hier a eu un premier effet. On ne parle en effet pratiquement plus des enquêtes contre le Premier ministre Benyamin Netanyahu.


 ■ Netanyahu veut éviter l'escalade

Ce dimanche, le Premier ministre israélien a réuni son gouvernement et à la sortie Benyamin Netanyahu a lancé un avertissement à la Syrie et à l'Iran. Mais en même temps, le Premier ministre a voulu rassurer des Israéliens inquiets depuis hier.

Le message israélien était donc clair : le gouvernement souhaite un retour à la normale. Pas d’escalade. En d’autres termes, l’Etat hébreu veut rétablir le calme sur sa frontière avec la Syrie. Et c’est également le message qu’a transmis Benyamin Netanyahu lors de sa conversation téléphonique hier avec le président russe Vladimir Poutine tout en insistant sur le « droit et l'obligation » pour Israël « de se défendre » contre toute attaque en provenance de la Syrie.

Par ailleurs, après les premiers examens des débris du chasseur bombardier F-16, il semble que l’appareil, qui était muni de système de défense anti-DCA, n’ait pas été touché de plein fouet mais par l’explosion d’un missile à sa proximité. Une nuance très importante du point de vue israélien.

Enfin de son côté, l’opposition israélienne fait remarquer que cette affaire arrive à point nommé pour Netanyahu à un moment où il est question de le mettre en examen pour des affaires de corruption.

 

Chronologie et chiffres clés