rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Egypte Mohamed Morsi Frères musulmans

Publié le • Modifié le

Egypte: 32 condamnations après les violences anti-régime de 2014

media
Partisans des Frères musulmans et du président Morsi lors d'une manifestation au Caire, le 21 mars 2014. REUTERS/Al Youm Al Saabi Newspaper

La section antiterroriste de la cour d’assises du Caire a condamné dimanche 11 février 32 personnes à des peines allant de 7 ans de prison à la perpétuité. Elles ont été reconnues coupables du meurtre en 2014 de trois personnes, dont une journaliste, lors d’une violente manifestation islamiste. Les condamnés peuvent faire appel.


Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

En 2014, l’affaire avait provoqué une vive émotion en Egypte. Trois personnes avaient été tuées au Caire le 28 mars lors d’une des manifestations qui avaient lieu chaque vendredi de la part des partisans du président Frère musulman Mohamed Morsi, destitué par l’armée. Deux femmes et un enfant avaient été tués.

Selon le tribunal, la jeune journaliste Mayada Achraf avait été tuée par des balles tirées par les manifestants contre les forces de l’ordre tout comme un enfant se trouvant sur les lieux, dans la banlieue populaire de Ain Shams au nord-est du Caire. Par ailleurs, une jeune femme, Marie Georges, avait été lynchée par les manifestants à cause de la croix qui était accrochée au rétroviseur de sa voiture.

Les condamnations de la cour d’assises sont considérées comme politiques par les sympathisants de la confrérie des Frères musulmans et certains défenseurs des droits de l’homme.

Chronologie et chiffres clés