rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Syrie Israël Iran Benyamin Netanyahu

Publié le • Modifié le

Israël: Netanyahu met en garde le monde et l'Iran

media
Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu (C), le ministre de la Défense Avigdor Lieberman (D), et le chef d'état-major de Tsahal, Gadi Eizenkot (G) à Tel-Aviv le 10 février 2018. Israel Defence Ministry/Reuters

C'est l'accrochage le plus sérieux depuis de nombreuses années entre la Syrie et Israël. Dans la nuit de vendredi à samedi, un drone iranien lancé depuis la Syrie a été abattu au-dessus du territoire israélien. Un accrochage militaire qui, aux yeux de Benyamin Netanyahu, démontre la volonté de nuisance de l'Iran. Un avion de chasse de Tsahal s'est écrasé, probablement touché par un missile tiré de Syrie. En réponse, l'aviation israélienne a mené des bombardements en Syrie.


Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

Quand Benyamin Netanyahu parle en anglais, il s'adresse avant tout au reste du monde. Et ce samedi, le chef du gouvernement a tenu à dire à la communauté internationale qu'il avait averti contre le danger que représente l'Iran : « Je mettais en garde depuis un moment contre l'ancrage militaire iranien en Syrie. L'Iran cherche à utiliser le territoire syrien pour attaquer Israël, dans le but affiché de détruire Israël. »

Cet accrochage démontre, dit-il, que ses avertissements « étaient 100% justes ». Et le Premier ministre a ensuite mis en garde le régime de Damas et son allié iranien : « Israël tient l'Iran et son hôte syrien responsables de l'agression d'aujourd'hui. Nous continuerons à faire ce qui est nécessaire pour protéger notre souveraineté et notre sécurité. »

Un message qu'il a également relayé à plusieurs dirigeants internationaux. Benyamin Netanyahu s'est entretenu avec le secrétaire d'Etat américain qui a soutenu « le droit d'Israël à se défendre ».

Et le chef du gouvernement israélien a aussi appelé le président russe, allié de Bachar el-Assad en Syrie. Mais la Russie, elle, s'est contentée de lancer à toutes les parties impliquées un appel à la retenue.

Chronologie et chiffres clés