rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Viaduc effondré en Italie: le bilan est désormais de 38 morts confirmés et de plusieurs disparus (Salvini)
  • Ankara refuse à nouveau de lever l'assignation à résidence du pasteur Brunson (médias)
  • Viaduc effondré en Italie: le gouvernement indique vouloir révoquer la concession autoroutière (ministres)
  • Israël rouvre un passage vital vers la bande de Gaza après des semaines de tensions (officiel)
  • Le président russe Vladimir Poutine se déclare prêt à rencontrer le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un (KCNA)
  • Ankara annonce l'augmentation des tarifs douaniers de plusieurs produits américains (journal officiel)

Israël Syrie

Publié le • Modifié le

Crash d'un F-16 israélien après des raids sur des «cibles iraniennes» en Syrie

media
Les débris d'un chasseur-bombardier F-16 israélien, visible non loin du village de Barduf, le 10 février 2018. REUTERS/Herzie Shapira

Après une opération militaire menée en Syrie, un avion de combat F-16 israélien s'est écrasé en Israël et l'un des pilotes a été gravement blessé ce samedi, après avoir essuyé des tirs de la défense anti-aérienne syrienne. Tel-Aviv essaye désormais de calmer le jeu.


Ce fut une matinée agitée pour les habitants de la Galilée en cette journée du shabbat, raconte notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul. Des sirènes à 4 heures 25 ce samedi matin les ont invités à descendre dans les abris après qu’un drone iranien lancé depuis la région de Palmyre dans le centre de la Syrie a pénétré l’espace aérien israélien. Un hélicoptère de combat de type Apache l’intercepte et réussit à l’abattre.

Aussitôt après, l'armée israélienne riposte en frappant ce qui est qualifié ici de « systèmes de contrôles iraniens » en Syrie. Et pour la première fois, un des appareils israéliens, un F-16, s'est écrasé, probablement touché par un missile tiré de Syrie. Les deux pilotes s'éjectent et sont récupérés. L'un d'eux est cependant dans un état grave. L'appareil s’écrase quant à lui dans le nord d'Israël sans faire de blessés.

Cette attaque constitue une grave violation de la souveraineté de l’Etat hébreu, affirme un porte-parole de l’armée israélienne, le lieutenant-colonel Jonathan Conricus. L'Iran, ajoute-t-on en Israël, « entraîne la région vers une escalade de violence dont il paiera le prix ».

« Nouvelle agression israélienne »

Au total, l'aviation israélienne a frappé douze objectifs, y compris trois batteries de défense anti-aérienne et quatre cibles iraniennes non précisées, a affirmé l'armée dans un communiqué. C'est, en tout cas, la première fois que l'armée israélienne annonce ouvertement avoir visé des cibles iraniennes depuis le début en 2011 de la guerre chez le voisin syrien, a encore indiqué le porte-parole des militaires.

De leurs côtés, les forces de défense aérienne syriennes ont indiqué avoir répondu à une « nouvelle agression israélienne », selon l'agence de presse officielle Sana.

Le plus grave incident militaire depuis des décennies

C'est probablement le plus grave incident depuis des décennies sur le front nord. Plusieurs heures après celui-ci, Israël cherche maintenant à calmer le jeu et à éviter une nouvelle escalade. Les Israéliens se sont adressés directement aux Russes pour tenter de ramener le calme. Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a réuni à Tel-Aviv depuis ce matin les responsables de la sécurité pour envisager la suite des événements. Les ministres du cabinet de sécurité ont été priés de s'abstenir de tout commentaire public sur la situation. Ce qui certain cependant, c'est que, pour la première fois depuis très longtemps, la supériorité aérienne israélienne est remise en question.


L'Iran accuse Israël de «mensonges»

Avec notre correspondant à TéhéranSiavosh Ghazi

Le porte-parole de la diplomatie iranienne a qualifié de « ridicules » les accusations israéliennes sur le survol du territoire israélien par un drone iranien venu de Syrie. « Pour couvrir ses crimes dans la région, Israël a recours à des mensonges contre les autres pays. La Syrie a le droit à la légitime défense face à Israël », a déclaré Bahram Ghassemi.

L'Iran est l'ennemi juré d'Israël et soutient militairement le régime syrien de Bachar el-Assad. Bahram Ghassemi a ajouté que « l'Iran n'avait pas de présence militaire en Syrie et envoie sur place uniquement des conseillers militaires à la demande du gouvernement syrien ».

C'est la première fois que l'armée israélienne dit ouvertement avoir visé des cibles « iraniennes » en Syrie, où Israël a effectué ces dernières années de nombreuses frappes contre l’armée syrienne ou le Hezbollah libanais soutenu par l’Iran.

Dans un communiqué de leur commandement conjoint, les forces alliées du régime syrien -dont le Hezbollah libanais - ont également nié toute violation de l'espace aérien israélien par un drone. Selon le communiqué, les frappes israéliennes ont pris pour cible une « unité de drones » utilisée « pour la collecte d'informations dans la lutte contre les organisations terroristes, notamment le groupe Etat islamique ».

Chronologie et chiffres clés