rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Iran Société

Publié le • Modifié le

Des Iraniennes défient l'obligation de porter le foulard islamique

media
Une trentaine d'iraniennes ont été arrêtées pour avoir ôté leur voile en public (Photo d'illustration). REUTERS/Jamal Saidi

Alors que l'Iran s'apprête à célébrer le 39ème anniversaire de sa Révolution islamique, des Iraniennes défient l'obligation qui leur est faite de porter un foulard islamique. La police iranienne a reconnu la semaine dernière l'arrestation d'une trentaine de femmes accusées d'avoir ostensiblement ôté leur foulard en public ces dernières semaines, des images qui ont ensuite fait le tour du monde. Le phénomène, même minoritaire, est devenu un sujet de conversation et de débat en Iran.


Elle-même n'a pas envisagé d'ôter son foulard islamique dans la rue, mais cette jeune Téhéranaise, qui souhaite garder l’anonymat, explique au micro de RFI que les images de ces femmes apparaissant têtes-nues ont dominé les conversations et les réseaux sociaux ces derniers jours en Iran.

« Ce qui m'a paru très intéressant c'est de voir des femmes portant le tchador et la tenue islamique complète exprimer leur soutien à la revendication des femmes de choisir leur tenue, affirme-t-elle. L'autre chose intéressante, c'est que nous avons aussi vu des hommes imiter le geste de ces femmes en attachant un foulard au bout d'un bâton pour afficher leur soutien ».

Selon cette jeune Iranienne, la réaction des autorités qui ont arrêté une trentaine de femmes accusées d’avoir ostensiblement ôté leur foulard en public était largement prévisible. « Je crois que c'est exagéré, c'est sévère, juge-t-elle. Cela ne correspond pas à la gravité des faits. Ce n'est pas comme ça qu'on répond à une demande sociale. Après tout que veulent ces femmes ? Que l'on réponde à leur demande ! Elles veulent le dialogue et la liberté », affirme-t-elle

Depuis quelques années, la police en charge des mœurs est de moins en moins zélée en Iran et il n'est pas rare d'apercevoir une bonne partie de la chevelure des femmes dans l'espace public.

Chronologie et chiffres clés