rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Arabie saoudite

Publié le • Modifié le

Le prince saoudien al-Walid ben Talal libéré après un «arrangement» financier

media
Le prince saoudien al-Walid ben Talal était détenu depuis trois mois au Ritz Calrton de Riyad. REUTERS/Katie Paul

Les autorités saoudiennes ont relâché ce samedi 27 janvier le prince milliardaire al-Walid ben Talal, près de trois mois après son arrestation dans le cadre d'une vaste purge anticorruption.


Les autorités saoudiennes ont proposé deux choix à al-Walid ben Talal : payer des milliards de dollars ou faire face à la justice. Le richissime homme d’affaires a dû négocier son avenir. Il s’est exprimé juste avant sa libération. « Aucune mise en accusation n’a été portée contre moi. Les discussions continuent avec le gouvernement, mais soyez assurés c'est une opération propre et nous discutons avec le gouvernement sur diverses questions. Je reste à leur disposition », a-t-il fait savoir.

Les discussions ont donc porté leurs fruits. Trois mois de détention au Ritz Carlton, touchent à leur fin. Le prince, amaigri, le teint pâle, était resté confiant. « Rassurez-vous, nous sommes à la fin de toute cette histoire. Nous restons coopératifs parce que je suis dans mon pays, je suis dans ma ville donc je me sens chez moi, il n’y pas de problème »

Le prince et plusieurs autres dignitaires saoudiens fortunés étaient détenus dans un hôtel de luxe de la capitale saoudienne. Certains ont déjà été relâchés à la suite d’accords financiers passés avec le gouvernement. C'est le cas de l’un des cousins d’al-Walid ben Talal, le prince Miteb ben Abdallah, qui, il y a quelques semaines, avait payé un milliard de dollars pour retrouver la liberté. Une goutte d'eau selon le procureur général d'Arabie saoudite, qui estime que l'Etat pourrait récupérer près de 100 milliards de dollars.

Al Walid Ben Talal, affirme quant à lui vouloir laver son nom et rester en Arabie saoudite. Hors de question de fuir le royaume.

Chronologie et chiffres clés