rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Territoires Palestiniens Israël Jérusalem Donald Trump

Publié le • Modifié le

Ramallah: l'OLP appelle à la suspension de la reconnaissance d'Israël

media
Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, avec des membres du Conseil central palestinien le 14 janvier à Ramallah. REUTERS/Mohamad Torokman

Convoqué pour une session extraordinaire afin de trouver une riposte après la décision américaine de reconnaitre Jérusalem comme la capitale d'Israël, le Conseil central palestinien a appelé lundi 15 janvier à suspendre la reconnaissance d'Israël. Une recommandation intervenue quelques heures après un discours offensif de Mahmoud Abbas dans lequel le président de l'Autorité Palestinienne a qualifié l'offre de paix de Donald Trump comme la « claque du siècle » et a déclaré qu'Israël « a mis fin aux accords d'Oslo ».


C'est un petit pas en arrière après le discours offensif prononcé dimanche par Mahmoud Abbas. Car lundi, les dirigeants palestiniens se sont contentés de faire des recommandations à l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) par la voix de Salim al-Za’noun porte-parole du conseil central palestinien.

« Le conseil central demandera à l'Organisation de libération de la Palestine de suspendre la reconnaissance d'Israël jusqu'à ce qu'Israël reconnaisse un Etat de Palestine dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale », a déclaré Salim al-Za’noun.

La reconnaissance d'Israël par l'Organisation de libération la Palestine était un prérequis des accords d'Oslo signés en 1993 entre les deux parties. Accords qui n'ont pas été remis en question par le Conseil central palestinien. Et pour cause, l'enterrement définitif de ce processus de paix historique signerait l'arrêt de mort de l'Autorité palestinienne.

Et il y a peu de chance que cette recommandation soit suivie d'effet. Il y a deux ans, ce même Conseil central avait voté la fin de la coordination sécuritaire avec Israël. Une décision qui n'a toujours pas été appliquée.

 

Chronologie et chiffres clés