rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Territoires Palestiniens Israël Mahmoud Abbas Etats-Unis Donald Trump

Publié le • Modifié le

Conflit israélo-palestinien: Abbas réitère son refus d'une médiation américaine

media
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, lors du Conseil central de l'OLP, le 14 janvier 2018 à Ramallah. REUTERS/Mohamad Torokman

« La claque du siècle », c'est ainsi que le président de l'Autorité palestinienne a qualifié l'offre de paix de Donald Trump. Plus d'un mois après la décision américaine de reconnaitre Jérusalem comme la capitale d'Israël, Mahmoud Abbas s'est exprimé dimanche 14 janvier, lors de la réunion d'ouverture du Conseil central de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). Une réunion qui doit définir la stratégie des Palestiniens vis-à-vis de l'administration américaine. Le président de l'Autorité palestinienne s'est montré particulièrement offensif à l'égard des Etats-Unis.


Avec notre correspondante à Ramallah, Marine Vlahovic

Avec une photographie géante de Jérusalem en arrière-plan, Mahmoud Abbas entame un long discours dans lequel il n'a pas de mots assez durs à l'égard de l'administration américaine qui a décidé unilatéralement de reconnaitre Jérusalem comme capitale d'Israël.

Les Etats-Unis ne pourront plus jouer leur rôle historique de médiateur dans le cadre d'un processus de paix, martèle le président de l'Autorité palestinienne. « Maintenant nous disons à Trump : "Non, nous n'accepterons pas ce plan". L'affaire du siècle s'est transformée en claque du siècle, mais nous pouvons donner une claque en retour. »

L'affaire du siècle est une référence au « deal du siècle » que Donald Trump souhaitait conclure entre les Israéliens et les Palestiniens pour mettre fin à ce conflit vieux de 70 ans.

« Israël a mis fin aux accords d'Oslo »

Mahmoud Abbas a également dénoncé les accords d'Oslo signés en 1993 entre l'OLP et Israël. Un processus qui a mis en place l'Autorité palestinienne et avait soulevé beaucoup d'espoirs, mais qui est désormais mort et enterré selon lui :

« Je dis qu'il n'y a plus d'Oslo, Israël a mis fin aux accords d'Oslo et nous devons prendre une décision à propos d'Oslo. Certains disent que ces accords sont une trahison, mais l'un de ses avantages était qu'Israël a reconnu l'existence du peuple palestinien alors qu'il s'y refusait. Et après cette reconnaissance mutuelle, Israël a reconnu l'OLP comme l'unique représentant légitime du peuple palestinien. Mais la situation a changé. Nous sommes une autorité sans pouvoir qui gère une occupation à moindre frais pour Israël et nous ne l'accepterons pas. »

Le président de l'Autorité palestinienne a indiqué que de futures négociations de paix se dérouleraient uniquement dans le cadre d'une large médiation internationale, tout en réaffirmant qu'un Etat palestinien ne pourrait être créé que dans les frontières de 1967, avec Jérusalem-Est pour capitale.

Chronologie et chiffres clés