rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Syrie

Publié le • Modifié le

Syrie: l'armée reprend 230 villages et localités à Idleb et à Alep

media
Une image montrant des bâtiments détruits au nord-ouest de la ville d'Alep, dans le quartier industriel de Layramoun en juillet 2017 (photo d'illustration). JOSEPH EID / AFP

L’armée syrienne et ses alliés, soutenus par l’aviation russe, poursuivent leur vaste offensive dans les provinces d’Alep et d’Idleb, dans le nord du pays. Les troupes avancent par trois axes et convergent vers l’aéroport militaire d’Abou Zouhour, l’une des plus importantes bases jihadistes du pays, tenue par l’ex-branche d’al-Qaïda en Syrie.


Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

Des sources de l’opposition ont reconnu l’échec de deux contre-offensives lancées par deux coalitions de jihadistes et de rebelles pour tenter de stopper l’avancée fulgurante de l’armée syrienne au sud-est des provinces d’Alep et d’Idleb.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme a annoncé, samedi 13 janvier, que les troupes gouvernementales et leurs alliés ont pris dix nouveaux villages dans le sud-est d’Alep et continuent d’avancer vers la province d’Idleb, plus au sud. L’ONG proche de l’opposition et basée en Grande-Bretagne précise que l’armée syrienne a reconquis, depuis le 10 janvier, une cinquantaine de localités sur ce front.

L’Observatoire syrien ajoute que les forces du régime progressent aussi sur deux autres fronts au sud-est d’Idleb, où elles ont repris, depuis le 25 décembre, 170 villages et localités. Une des trois colonnes des troupes gouvernementales se trouve à 2 kilomètres d’Abou Zouhour, les deux autres convergent vers cette importante base, tenue par une coalition jihadiste depuis 2015.

Il ne reste plus aux différentes colonnes de l’armée syrienne que six kilomètres à parcourir pour faire leur jonction et renfermer dans un chaudron de 2 500 kilomètres carrés près de 2 000 jihadistes et rebelles, selon des sources du régime et de l’opposition.

Chronologie et chiffres clés