rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Davos: Trump rencontrera May, Netanyahu, Kagame (Maison Blanche)
  • Maduro se dit prêt à se présenter à sa réélection à la présidentielle au Venezuela
  • Trump va appeler Erdogan pour évoquer l'offensive turque en Syrie (officiel)
  • Offensive turque en Syrie: Macron dit sa «préoccupation» à Erdogan (Elysée)
  • Libre-échange: Trump juge que les négociations sur l'Aléna «avancent bien»
  • France/Corse: Gilles Simeoni, déçu par l'attitude de l'Etat, appelle à "une grande manifestation" (tweet)
  • Venezuela: le gouvernement convoque une élection présidentielle anticipée avant fin avril

Libye Pétrole

Publié le • Modifié le

Libye: baisse de la production après une explosion sur un oléoduc

media
Une explosion a eu lieu sur l'oléoduc de Mrada, en Libye. Google Maps

Une explosion a touché un des principaux oléoducs en Libye ce mardi. La compagnie nationale de pétrole a ouvert une enquête pour en déterminer l’origine. La Libye aurait perdu l'équivalent de 90 000 barils par jour, ce qui a provoqué une envolée des prix du pétrole sur les marchés pétroliers.


Le baril de Brent a frôlé les 67 dollars après l'annonce de l'explosion sur un oléoduc majeur de Libye. Il aurait été endommagé à la hauteur du village de Mrada, à environ 400 km au sud-ouest de Benghazi.

La compagnie nationale libyenne NOC a précisé à l'AFP qu'une enquête avait été ouverte pour savoir s'il s'agissait d'un incident technique ou d'un acte de sabotage ou de terrorisme. Un peu plus tôt, une source militaire libyenne jointe par Reuters assurait que des hommes armés avaient placé des explosifs le long de l'oléoduc.

Celui-ci appartient à Waha Oil, filiale de la compagnie nationale. En partenariat avec les compagnies américaines Hess et Marathon Oil, Waha Oil pompe 250 000 barils par jour dans le sud du pays.

Bien qu'une partie ait pu être déviée vers d'autres oléoducs, 90 000 barils jours ne pourraient plus désormais rejoindre le terminal méditerranéen d'Es Sider, selon la NOC, soit environ 10 % de la production libyenne, ce qui a donc provoqué un bond des prix du baril.

Chronologie et chiffres clés