rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Politique française: Laurent Wauquiez (LR) juge Emmanuel Macron «déconnecté» de la réalité de ses concitoyens (Le Parisien)
  • Israël rouvre l'entrée de Gaza aux marchandises et aux personnes (officiel)

Jordanie Israël Energies Abdallah II

Publié le • Modifié le

Jordanie: des relations de plus en plus tendues avec Israël

media
Des manifestants brûlent le drapeau israélien pendant la manifestation contre la décision de Donald Trump de reconnaitre Jérusalem comme capitale d'Israël. Amman, le 8 décembre 2017. REUTERS/Muhammad Hamed

La décision de Donald Trump de reconnaitre Jérusalem comme capitale d’Israël irrite toujours le monde arabe. En Jordanie, cette décision a provoqué la colère des Palestiniens, qui représentent plus de la moitié de la population locale. Cette colère s’est aussi reportée sur Israël. A Amman, les manifestants demandent des mesures draconiennes contre l’Etat hébreu.


De notre correspondant à Amman,

En Jordanie, beaucoup de manifestants demandent tout simplement la rupture des relations diplomatiques avec Israël. Pour eux, l’Etat hébreu et les Etats-Unis ne forment qu’une seule entité. Le Parlement jordanien a lui aussi manifesté sa colère. La semaine dernière, il a décidé de former un comité pour réexaminer les relations avec Israël y compris l’accord de paix de 1994 qui lie les deux pays.

Les relations entre les deux pays étaient déjà tendues avant cette crise. En juillet, un employé israélien de l’ambassade d’Israël à Amman a tué deux Jordaniens. Il a affirmé avoir agi en situation de légitime défense, mais les autorités jordaniennes doutent toujours de cette version. Elles n’ont d’ailleurs pas du tout apprécié que cet employé ait été accueilli en héros par le Premier ministre israélien à son retour au pays. Depuis cet épisode, l’ambassade d’Israël est fermée à Amman.

Le blocage diplomatique demeure

La Jordanie exige une enquête sérieuse contre l’auteur des tirs. Une condition nécessaire pour envisager le retour en Jordanie du personnel diplomatique israélien. Le gouvernement de l’Etat hébreu a proposé fin novembre un nouvel ambassadeur, mais le blocage diplomatique demeure.

En juillet également, la Jordanie avait été irritée par l’installation de portiques de sécurité autour de l’Esplanade des mosquées à Jérusalem. Des milliers de manifestants étaient descendus dans les rues d’Amman pour protester. Les Jordaniens, et notamment ceux d’origine palestinienne, se sentent particulièrement responsables de la défense des lieux saints musulmans de Jérusalem puisque les autorités jordaniennes en assurent le gardiennage.

Energies : la Jordanie dépendante d’Israël

Si la rue attend clairement des mesures draconiennes, le roi de Jordanie, lui, ne peut pas se permettre de couper les ponts avec Israël. La Jordanie dépend de l’Etat hébreu pour son approvisionnement en énergie. En effet, le royaume jordanien dispose de réserves de gaz et de pétrole très limitées. La consommation d’énergie, elle, augmente de 6 à 7% par an. Pour la Jordanie, il faut donc importer. Il y a un peu plus d’un an, Amman a signé un accord pour importer du gaz d’Israël afin de couvrir 40% des besoins en électricité dans le royaume.

Le roi Abdallah de Jordanie est donc dans une situation délicate. Il y a tout de même peu de chances pour que l’accord de paix entre les deux pays soit remis en cause comme le souhaite le Parlement jordanien, puisque le gouvernement et le roi sont décisionnaires sur ce dossier.

Chronologie et chiffres clés