rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Liban Israël Donald Trump Hezbollah Jérusalem

Publié le • Modifié le

Jérusalem: des milliers de partisans du Hezbollah manifestent à Beyrouth

media
Les partisans du Hezbollah ont manifesté dans les rues de Beyrouth contre la décision de Donald Trump. REUTERS/Aziz Taher

Plusieurs milliers de partisans du Hezbollah libanais ont manifesté, ce lundi 11 décembre à Beyrouth, contre la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.


La mobilisation a eu lieu dans la banlieue sud de Beyrouth, bastion du puissant parti pro-iranien, sous le slogan « Jérusalem, capitale éternelle de la Palestine », ce lundi. Keffieh autour du cou ou drapeau palestinien à la main, des milliers de personnes ont en effet répondu à l’appel lancé par Hassan Nasrallah. Il y avait les traditionnels partisans du Hezbollah, ceux qui sont de tous les rassemblements dans la banlieue sud.

Il y avait aussi des Palestiniens, venus des camps de Beyrouth ou d’autres villes. Certains, parmi eux, portaient des drapeaux du Hamas. On pouvait également apercevoir encore dans la foule des jeunes de la gauche arabe, ou des supporters de formations pro-syriennes.

Tous ceux à qui notre correspondante Laure Stephan a pu parler exprimaient le même refus : celui de voir Jérusalem considérée comme la capitale d’Israël. « Jérusalem est arabe, palestinienne, lui a-t-on dit, c’est un carrefour des religions ». Beaucoup ont exprimé leur colère contre Donald Trump, un « fou » aux yeux de nombreux manifestants, un « homme dangereux, pas seulement pour le Proche-Orient, mais pour l’humanité. »

Slogans anti-américains et anti-israéliens

Munis de nombreuses pancartes, de drapeaux du Hezbollah et de la Palestine, les manifestants ont protesté contre la décision de Donald Trump aux cris de « mort aux Etats-Unis » et « mort à Israël ». Ou encore, « Sionistes, écoutez-nous, Jérusalem est à nous ». Certains manifestants se disent prêts à descendre dans la rue tant que la décision américaine sur Jérusalem ne sera pas retirée. D’autres espèrent un soulèvement arabe, mais ils estiment que c’est aux Palestiniens de se rebeller.

Le Hezbollah, puissant mouvement armé soutenu par l'Iran, est l'ennemi juré d'Israël. Le rassemblement qui s'est tenu à son appel n'a pas connu de débordements, contrairement à la manifestation de la veille près de l'ambassade américaine, au nord de Beyrouth. « Nous n'abandonnerons jamais Jérusalem », a toutefois prévenu le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, lors d'un discours retransmis sur grand écran à la fin de la manifestation.

Après des années de lutte contre des groupes jihadistes, notamment en Syrie --où le Hezbollah combat encore auprès du régime de Damas--, la priorité doit de nouveau être « la Palestine », a encore fait valoir Hassan Nasrallah. Qualifiant la mesure de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël d' « agression », il a exhorté à faire en sorte que cette « stupide décision américaine soit le début de la fin » d'Israël.

En 2006, Israël a mené une guerre dévastatrice contre le Hezbollah au Liban, qui a tué plus de 1 200 Libanais, pour la plupart des civils, et 120 Israéliens, en majorité des soldats.

Je suis la pour Jérusalem, la capitale de la Palestine. Nul ne peut nous l’enlever. Seul Hassan Nasrallah nous soutient. Je me mobiliserai jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée.

Manifestation à Beyrouth contre la décision américaine sur le statut de Jérusalem

Reportage à Beyrouth

12/12/2017 - par Laure Stephan Écouter

Chronologie et chiffres clés