rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Négociations du Brexit: le chancelier autrichien Sebastian Kurz confirme «un sommet spécial» en novembre 2018
  • Parlement européen: pour Laurent Wauquiez (LR), Orban «a toute sa place au PPE» («Figaro»)
  • Plusieurs centaines de migrants évacués ce jeudi matin du centre de la ville de Nantes
  • Procès Bygmalion: la décision sur les recours de Sarkozy a été reportée au 25 octobre (cour d'appel)
  • France-CSG: 300 000 retraités bénéficieront en 2019 d'un geste fiscal (Philippe)
  • Guerre commerciale: le patron d'Alibaba Jack Ma renonce à sa promesse de créer un million d'emplois aux Etats-Unis (Chine nouvelle)
  • Japon: le Premier ministre Shinzo Abe a été réélu à la tête de son parti (officiel)

Qatar Arabie saoudite

Publié le • Modifié le

Malgré l’embargo, l’émir du Qatar juge que son pays ne s’est jamais mieux porté

media
Pour l'émir Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, la crise dans le Golfe pourrait durer sans que le Qatar ne soit affecté. L'émir du Qatar s'exprime devant assemblée consultative appelée Majlis al-Choura, à Doha, le 14 novembre 2017. Qatar News Agency/Handout via REUTERS

Le Qatar affirme qu'il se joue de l'embargo imposé par plusieurs de ses voisins il y a cinq mois. Dans un discours, devant l'Assemblée consultative du pays, l'émir Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani affirme que son pays ne s'est jamais mieux porté.


Devant le Parlement consultatif du pays, l'émir du Qatar a littéralement tourné en dérision l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et les autres pays arabes qui ont décrété un boycott contre Doha il y a cinq mois. « Le Qatar se porte mille fois mieux sans (eux) », a déclaré Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani devant les membres du Majlis ach-Choura, le Conseil consultatif.

Le 5 juin dernier, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte avaient rompu leurs relations diplomatiques et fermé leurs frontières avec le petit émirat gazier en l'accusant de soutenir des groupes extrémistes et de se rapprocher de l'Iran. Des accusations que rejette le Qatar, affirmant que ses adversaires cherchaient à mettre sa politique étrangère « sous tutelle ». La crise dure depuis sans perspective de solution malgré des tentatives de médiation koweïtienne et américaine.

Le Qatar, lui, ne semble pas s'en inquiéter. Grâce aux plans d'urgence que l'émirat a mis en place, la crise pourrait durer sans que son pays soit en difficulté, affirme Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani. Il faut cependant continuer à être vigilant, prévient l'émir. C'est pourquoi plusieurs projets sont en cours pour garantir la sécurité alimentaire du pays.

Avec la mise en application du boycott, le Qatar s'est retrouvé du jour au lendemain obligé d'improviser pour s'approvisionner en denrées alimentaires et consommables. Le pire n'a pu être évité que grâce à l'aide de la Turquie, de l'Espagne et surtout de l'Iran. Alors que les adversaires du Qatar lui reprochaient d'être trop proche de Téhéran et le sommaient de rompre avec lui, c'est donc exactement l'effet inverse que le boycott a produit.

Chronologie et chiffres clés