rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Syrie/chimique: vote vendredi de l'ONU sur une prolongation d'un mois du mandat des enquêteurs (diplomates)
  • Le maire de Caracas, en fuite du Venezuela, va partir en Espagne (porte-parole)
  • Zimbabwe: la plupart des sections régionales du parti au pouvoir demandent à Mugabe de partir (TV d'Etat)
  • Syrie: 26 morts dans un attentat de l'EI contre des déplacés (OSDH)

Iran France Nucléaire Diplomatie

Publié le • Modifié le

N'en déplaise à Macron, l'Iran ne veut pas reculer sur son programme balistique

media
Les présidents français et iranien, Emmanuel Macron et Hassan Rohani, le 18 septembre 2017 à New York en marge de l'Assemblée générale de l'ONU. LUDOVIC MARIN / AFP

L’Iran a durement réagi aux déclarations du président français Emmanuel Macron, qui avait affirmé lors de visites aux Emirats arabes unis et en Arabie saoudite qu’il fallait faire pression sur l’Iran à cause de son programme balistique et ses activités.


Avec notre correspondant à Téhéran,  Siavosh Ghazi

« Nous avons dit à plusieurs reprises aux dirigeants français que l’accord nucléaire n'est pas négociable pour y ajouter d’autres sujets », a déclaré Bahram Ghassemi, le porte-parole de la diplomatie iranienne. Emmanuel Macron avait en effet affirmé qu’il fallait être ferme avec Téhéran sur ses activités régionales et son programme balistique.

En réalité, contrairement au président américain Donald Trump, qui dénonce l’accord nucléaire trouvé en juillet 2016 entre l'Iran et le groupe « 5+1 », une coalition de grandes puissances dont faisaient partie les Etats-Unis de Barack Obama et la France de François Hollande, l'actuel chef de l'Etat français est partisan du maintien de cet accord.

Mais dans le même temps, Emmanuel Macron prône une politique ferme à l’égard de l’Iran pour que la République islamique limite son programme balistique et son influence grandissante dans la région, notamment en Syrie, en Irak, au Liban ou encore au Yémen. Depuis septembre dernier, le président français a réaffirmé plusieurs fois cette position, affirmant même qu’il fallait si nécessaire adopter des sanctions contre Téhéran à cause de son programme balistique.

L'Iran refuse toute négociation sur ses missiles alors que le pays est entouré de bases américaines dans la région et que les monarchies arabes du golfe Persique, notamment l’Arabie saoudite, ont opté pour une position dure à l’égard de Téhéran. Pour la République islamique, la crise actuelle avec Ryiad et le durcissement de la politique américaine justifient encore plus ce programme balistique, purement défensif selon les Iraniens.

→ Lire aussi : Saad Hariri en résidence surveillée en Arabie saoudite ?

Chronologie et chiffres clés