rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Syrie/chimique: vote vendredi de l'ONU sur une prolongation d'un mois du mandat des enquêteurs (diplomates)
  • Le maire de Caracas, en fuite du Venezuela, va partir en Espagne (porte-parole)
  • Zimbabwe: la plupart des sections régionales du parti au pouvoir demandent à Mugabe de partir (TV d'Etat)
  • Syrie: 26 morts dans un attentat de l'EI contre des déplacés (OSDH)

Irak EI

Publié le • Modifié le

Irak: découverte d'au moins 400 corps dans un charnier près de Hawija

media
Les forces irakiennes sur le lieu où une fosse commune a été découverte au nord de la ville d'Hawija, libérée de l'EI en octobre dernier. (Photo prise le 11 novembre 2017). Marwan IBRAHIM / AFP

Une fosse commune renfermant «  pas moins de 400  » corps a été découverte près de Hawija, un bastion jihadiste repris au groupe Etat islamique (EI) début octobre, a annoncé samedi le gouverneur de la province de Kirkouk, au nord de Bagdad.


Avec notre correspondante à Erbil, Oriane Verdier

Ce sont des paysans qui auraient donné l'alerte. Les 400 corps reposaient dans une fosse commune creusée à 30 kilomètres au nord de la ville d'Hawija libérée de l'organisation Etat islamique en octobre dernier. La base militaire adjacente aurait été utilisée comme lieu d'exécution par le groupe terroriste.

Une enquête doit maintenant avoir lieu pour identifier les corps. Cette macabre découverte s'ajoute à la longue liste de charniers retrouvés lors de l'avancée face à l'organisation Etat islamique.

Malheureusement, le recours aux exécutions n'a pas disparu du nord de l'Irak avec l'autorité de l'organisation Etat islamique. Ces derniers mois nombre de corps ont été retrouvés dans des fermes abandonnées ou bien dans des champs, ils semblaient, eux, avoir été exécutés en tant que membres de l'organisation Etat islamique, mais jusqu'à aujourd'hui aucune enquête n'a prouvé qui était les auteurs de ces crimes, ni si les victimes avaient été jugées équitablement avant leur exécution.

Le 25 septembre dernier, 42 personnes ont été officiellement exécutées par les autorités irakiennes pour terrorisme. Si Amnesty international reconnaît le besoin de juger les possible membres du groupes terroriste, l'organisation internationale s'inquiète du manque de justice observée lors de ces simili procès où les aveux sont bien souvent obtenus sous la torture.

Chronologie et chiffres clés