rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Arabie saoudite Corruption

Publié le • Modifié le

L’Arabie saoudite fait face aux risques de fuite des capitaux

media
Une purge sans précédent a été déclenchée juste après la mise en place d'une nouvelle commission anticorruption présidée par le nouvel homme fort du régime, le prince héritier Mohammed ben Salman. REUTERS/Charles Platiau/File Photo

L'Arabie saoudite cherche à rassurer les investisseurs après l'arrestation spectaculaire de personnalités politiques et du monde des affaires pour corruption. Le risque de fuite des capitaux n'est pas mince alors que le pays cherche au contraire à attirer des investissements massifs pour son développement.


Le gouverneur de la banque centrale d’Arabie saoudite a tenu à le préciser : seuls les comptes personnels des personnes soupçonnées de corruption sont gelés. Cette disposition ne concerne en aucune façon les entreprises.

Mieux encore, l'organisme saoudien chargé d'attirer les investisseurs sur le territoire affirme que la lutte contre la corruption va à terme améliorer l'environnement des affaires dans le pays. Toutefois, face aux mesures sans précédent prises ces derniers jours à l'encontre de grandes fortunes saoudiennes, les investisseurs étrangers ne peuvent qu'être inquiets et attentistes dans leurs projets.

Dans les milieux d'affaires saoudiens, la fuite des capitaux aurait même déjà commencé selon l'agence Bloomberg. Les investissements seraient convertis en liquidités et ces sommes exportées.

Les arrestations et gels des comptes, à l'initiative du prince héritier, étonnent. D'autant plus que c'est Mohammed ben Salman lui-même qui a lancé l'an dernier le plan vision 2030 destiné, à grand renfort d'investissements, à diversifier l'économie saoudienne pour la rendre moins dépendante du pétrole.

Chronologie et chiffres clés