rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Yémen Arabie saoudite ONU Humanitaire

Publié le • Modifié le

Yémen: l'ONU réclame la réouverture des accès terrestres, maritimes et aériens

media
Dans un hôpital de Sanaa au Yémen, le 27 juillet 2017. REUTERS/Mohamed al-Sayaghi

La crise humanitaire au Yémen et le blocus imposé par l'Arabie saoudite depuis dimanche 5 novembre ont été au centre de discussions à huis clos du Conseil de sécurité hier mercredi 8. A la demande de la Suède, les 15 membres se sont mis d'accord pour réclamer la levée du blocus. Cependant, pour préserver l'allié saoudien de trop vives critiques, ils ont aussi condamné le tir de missile par les rebelles yéménites Houthis, pro-iraniens, qui a déclenché cette escalade des tensions.


Avec notre correspondante à New York,  Marie Bourreau

Visiblement embarrassés par cette nouvelle crise ouverte, les diplomates se sont réunis en privé sur la question humanitaire, la seule qui fasse l'unanimité sur le dossier yéménite au Conseil de sécurité.

L'ONU a ainsi réclamé d'une même voix la réouverture des accès terrestres, maritimes et aériens vers le Yémen pour permettre à l'aide de rentrer sans quoi le pays pourrait connaître, selon le chef des opérations humanitaires Marc Lowcock la «  plus grande famine des dernières décennies  ».

Yémen: l'ONU exhorte l'Arabie saoudite à mettre fin à un blocus «catastrophique»

Une famine qui pourrait faire selon lui des millions de victimes supplémentaires alors que le pays est déjà dévasté : 21 millions de personnes ont un besoin d'aide alimentaire urgent, 7 millions sont en situation de famine et qu'un million de cas de choléra ont été répertoriés.

Pour accentuer la pression, le secrétaire général Antonio Guterres a appelé le ministre des Affaires étrangères saoudien. Il lui aurait assuré que le blocus ne serait que «  temporaire  », preuve de la relative impunité dont bénéficie le Royaume saoudien, grand donateur aux Nations unies et qui a des alliés de poids avec les Etats-Unis, de la France, des Britanniques et des Egyptiens au sein du Conseil.

Le pays connait la pire crise humanitaire au monde avec 21 millions de personnes en besoin d'aide humanitaire et 7 millions en situation de famine. En plus de l'aide humanitaire de première nécessité, le fuel vient à manquer. Soumaya Beltifa, est porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge à Sanaa, la capitale, aux mains des rebelles yéménites :

Les Yéménites font la queue pour avoir du gaz, pour cuisiner
Le prix du carburant «a quasiment doublé de prix» 09/11/2017 - par Murielle Paradon Écouter

Des femmes font la queue pour obtenir du gaz, à Sanaa, le 7 novembre 2017. REUTERS/Khaled Abdullah

Chronologie et chiffres clés