rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Israël Territoires Palestiniens médias

Publié le • Modifié le

L'armée israélienne ferme des sociétés de production palestiniennes

media
Trois sociétés palestiniennes de production, Palmedia, Ramsat and Transmedia, ont été fermées par l'armée isarélienne ce 18 octobre 2017. REUTERS/Mussa Qawasma

Plusieurs descentes de l'armée israélienne ont eu lieu dans la nuit du 17 au 18 octobre, dans des villes de Cisjordanie, à Ramallah, Hébron, Bethléem et Naplouse. Huit sociétés, toutes dans le secteur des médias, étaient visées. Aux yeux d'Israël, elles offraient leurs services à des chaînes de télévision du Hamas. Une opération d'envergure alors que le mouvement islamiste – considéré comme terroriste par le gouvernement israélien – a entamé un rapprochement avec l'Autorité palestinienne.


Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

Depuis une semaine, les autorités israéliennes cherchent à afficher leur fermeté à l'égard du Hamas. Le mouvement islamiste doit entamer des négociations avec le Fatah du président Mahmoud Abbas afin de former un gouvernement d'union nationale. Et Israël martèle qu'à ses yeux, le mouvement demeure une organisation terroriste.

L'armée israélienne ferme régulièrement des médias palestiniens accusés de soutenir le terrorisme. Mais cette opération nocturne, menée avec le Shin Beth, les services de sécurité intérieure, est d'une ampleur rare. Selon un général israélien, huit bureaux ont été visés dans quatre villes différentes. Il leur est reproché d'avoir fourni leurs services à Al-Quds TV et à Al-Aqsa TV, deux chaînes appartenant au Hamas et qui, selon ce gradé israélien, « diffusent en permanence des incitations à la haine contre l'Etat d'Israël ».

Les entreprises visées seraient des sociétés de production. Elles fournissent des services techniques à leurs clients, mais l'une d'entre elles souligne n'avoir aucune responsabilité sur le contenu éditorial. L'Autorité palestinienne, elle, dénonce une « agression flagrante et une violation grossière de toutes les règles internationales » et condamne cette opération « dans les termes les plus forts ».

Chronologie et chiffres clés