rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Jordanie Syrie Migrations Internationales

Publié le • Modifié le

Jordanie: Amman se plaint du coût des réfugiés syriens

media
Un groupe de réfugiés syriens bloqués à la frontière attend de traverser en territoire jordanien, le 4 mai 2016, près de la ville de Ruwaished, à l'est d'Amman. REUTERS/Muhammad Hamed

La Jordanie accueille plus d’un million de réfugiés syriens sur son territoire et c’est une charge qu’elle voudrait davantage partager avec d’autres pays. Le pays partage une frontière de 370 km avec la Syrie et il vient de chiffrer le coût de l’accueil de ces réfugiés depuis le début du conflit en Syrie en 2011. Le gouvernement jordanien manifeste de plus en plus fréquemment son embarras vis-à-vis des répercussions de la crise syrienne sur son territoire.


Avec notre correspondant à Amman,  Jérôme Boruszewski

Plus de dix milliards de dollars dépensés pour l’accueil, les soins de santé et l’éducation des réfugiés syriens depuis 2011. Cette année, la Jordanie prévoit de consacrer 1,7 milliard de dollars pour ces mêmes réfugiés. C’est 4% de la richesse nationale et le pays se plaint de devoir tant dépenser.

Ce n’est pas la première fois que le royaume manifeste son ras-le-bol. Plus tôt cette semaine, le ministre jordanien des Affaires étrangères avait indiqué que l’accueil des 50 000 réfugiés du camp de Rukban, à la frontière syro-jordanienne, n’était pas de la responsabilité de la Jordanie mais celles de la Syrie et de la communauté internationale. Une manière de se dédouaner alors que la semaine dernière, les autorités jordaniennes étaient accusées d’expulser des milliers de réfugiés syriens vers leur pays d’origine.

L’accueil des réfugiés coûte cher à la Jordanie, certes, mais le petit royaume jordanien est le pays arabe qui reçoit le plus d’aide financière de la part des Etats-Unis. Il a touché 1,3 milliard de dollars cette année, soit presque autant que le coût de l’accueil des réfugiés syriens.

Chronologie et chiffres clés