rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Macron sur l'Allemagne: la France n'a «pas intérêt à ce que ça se crispe»
  • Le président soudanais Omar el-Béchir, sous le coup d'un mandat d'arrêt international, attendu jeudi en Russie (Kremlin)
  • Dopage dans le cyclisme: Bernard Sainz, surnommé «docteur Mabuse», placé en garde à vue (proche enquête)
  • Ordonnances: pour Philippe Martinez (CGT), une cinquième manifestation contre la réforme du Code du travail n'est «pas exclue» (CNews)
  • Kenya: la Cour suprême rejette les recours à l'unanimité et valide la réélection d'Uhuru Kenyatta
  • Environ 300 femmes et enfants de jihadistes étrangers capturés à Mossoul transférés vers Bagdad (responsable)
  • Etats-Unis: le tueur psychopathe américain Charles Manson est mort à l'âge de 83 ans (médias)
  • Migrations: la France va accueillir les premiers réfugiés évacués de Libye par le HCR (Ofpra)
  • Auchan s'allie au géant chinois du commerce électronique Alibaba pour développer le commerce physique et numérique en Chine
  • La chef de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini juge «très encourageantes» les discussions sur le retour des réfugiés rohingyas

Afghanistan Etats-Unis Culture

Publié le • Modifié le

Décès de l'historienne américaine Nancy Dupree, la «grand-mère» de l'Afghanistan

media
L'historienne américaine Nancy Hatch Dupree est née dans l'Etat de New York en 1927. Elle est morte à Kaboul le 10 septembre 2017. Elle a consacré la majeure partie de sa vie à préserver le patrimoine de l'Afghanistan. Photo prise le 17 septembre 2012. Photo by U.S. State Department

A la Une de la presse afghane, la mort de l'historienne et archéologue américaine Nancy Hatch Dupree, spécialiste de l'Afghanistan, auteur de nombreux ouvrages sur le pays. Elle s'est éteinte à l'âge de 90 ans dans la nuit de samedi à dimanche 10 septembre à Kaboul, la capitale afghane, où les autorités saluent la mémoire de celle qui était surnommée la «grand-mère» de l'Afghanistan. Elle avait créé en 2013 le Centre de recherche sur l'histoire et la société afghane au cœur de l'université de Kaboul. Un lieu unique d'étude et de transmission où elle a marqué les esprits.


Avec notre correspondante à Kaboul, Sonia Ghezali

Les yeux rougis, Wahid Wafa, le directeur du Centre de recherche sur l'histoire et la société afghane se souvient de celle qui se présentait comme un vieux monument de l'Afghanistan.

« Elle parlait toujours de ces merveilleux moments qu'elle avait vécu en Afghanistan. De cette époque où elle voyageait à travers le pays. De la beauté, de la gentillesse du peuple afghan. Elle aimait les afghans, elle aimait le pays », a-t-il déclaré ému.

L'historienne et archéologue arrive en 1962 en Afghanistan. Elle le quitte à la fin des années 1970 en plein régime soviétique et s'installe au Pakistan voisin où elle recueille des milliers de livres de brochures de fascicules sur l'Afghanistan. Des documents qui constituent le fonds exceptionnel du centre de recherche qu'elle crée en 2013. Un centre ouvert à tous pour transmettre l'histoire. Elle l'expliquait encore récemment lors d'une conférence à Kaboul.

«  Nombreux sont ceux parmi la nouvelle génération, qui rentrent d'exil, qui étaient réfugié à l'étranger, qui ne connaissent rien de l'histoire, ni grand-chose de la topographie du pays », avait-elle expliqué.

Pour lutter contre la violence, mettre fin à la guerre, il faut connaître son passé. C'est le message que ne cessait de transmettre Nancy Dupree, qui sera inhumée en Afghanistan, comme elle le souhaitait.

De nombreux Afghans ont rendu hommage à Nancy Dupree sur Twitter.  Le chef de l'exécutif a tweeté : « Très attristé par la mort de NancyDupree. Les Afghans chérissent et respectent ses services depuis des décennies pour l'Afghanistan. Nancy va nous manquer! RIP [Requiescat in pace,] »

 

Chronologie et chiffres clés