rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Israël Territoires Palestiniens Humanitaire ONG Diplomatie

Publié le • Modifié le

Territoires palestiniens: la situation humanitaire alarme le président du CICR

media
Depuis la colonie israélienne de Yetma légalisée en 2012, on aperçoit les colonies israéliennes qui grignotent l'espace. RFI/Marine Vlahovic

En trois jours de visite en Israël et dans les territoires palestiniens, Peter Maurer, le patron de la Croix-Rouge a rencontré le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et le chef du Hamas dans la bande de Gaza, Yahya Sinwar. Trois jours de déplacements au terme desquels il s'inquiète de la situation humanitaire dans les territoires palestiniens.


Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil.

La Croix-Rouge internationale chérit sa neutralité et Peter Maurer choisit ses mots avec soin. Mais quand il évoque la colonisation israélienne des territoires palestiniens, le chef du CICR relève qu'elle est contraire au droit humanitaire international et qu'elle pèse très lourdement sur le quotidien des Palestiniens.

« Elle a un impact énorme sur les gens, sur leur liberté de mouvement. Elle ne permet qu'un accès limité aux terres agricoles et utiles. Cela rend difficile l'accès à l'eau et la distribution pour les communautés palestiniennes. Et la liste continue ainsi », explique-t-il d’un ton calme et ferme.

A Gaza, « éviter une implosion »

Peter Maurer s'inquiète aussi de la situation humanitaire dans la bande de Gaza. Avec moins de quatre heures d'électricité par jour, elle est devenue critique. Il « pense qu'il est extrêmement important, afin d'éviter une implosion de la situation à Gaza, d'agir rapidement et de trouver de meilleures solutions pour les habitants ».

Mais le patron du CICR ne va pas jusqu'à appeler ouvertement à la levée du blocus imposé au territoire palestinien, comme l'avait fait la semaine dernière le secrétaire général de l'ONU. Peter Maurer se contente de regretter que les parties ne se parlent pas entre elles.

En ce qui concerne le sort des trois Israéliens retenus captifs dans la bande de Gaza, Peter Maurer a rappelé que la Convention de Genève garantit le droit aux familles de connaître le sort de leurs proches. Mais le patron du CICR n'a pas pu rendre visite aux trois hommes lors de son passage à Gaza.

Chronologie et chiffres clés