rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Environ 300 femmes et enfants de jihadistes étrangers capturés à Mossoul transférés vers Bagdad (responsable)
  • Zimbabwe: édition spéciale sur RFI entre 8h30 et 9h (heure de Paris)
  • Etats-Unis: le tueur psychopathe américain Charles Manson est mort à l'âge de 83 ans (médias)
  • Migrations: la France va accueillir les premiers réfugiés évacués de Libye par le HCR (Ofpra)
  • Auchan s'allie au géant chinois du commerce électronique Alibaba pour développer le commerce physique et numérique en Chine
  • La chef de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini juge «très encourageantes» les discussions sur le retour des réfugiés rohingyas

Syrie ONU

Publié le • Modifié le

Crimes de guerre en Syrie: l'ONU œuvre à la tenue d’un procès

media
La juge Catherine Marchi-Uhel (ici à Phnom Penh, au Cambodge en 2008) prend la tête du Mécanisme international, impartial et indépendant de l'ONU pour enquêter sur les crimes de guerre en Syrie. TANG CHHIN SOTHY / AFP

Des plaintes ont été déposées en Europe, notamment en Espagne contre des hauts responsables du régime syrien accusés d'avoir utilisé la torture. Mais le grand procès des criminels de guerre en Syrie se fait toujours attendre. C'est pour préparer le terrain que les Nations unies ont créé le Mécanisme d'enquête international, impartial et indépendant (MIII). La juge française Catherine Marchi-Uhel qui le dirige vient d'être chargée d'une enquête internationale de l'ONU sur les crimes commis dans ce pays.


Avec notre correspondant à GenèveJérémie Lanche

C'est l'Assemblée générale des Nations unies qui a créé ce mécanisme. Le Conseil de sécurité, lui, est toujours paralysé par les multiples veto russes. Mais rien à voir avec un tribunal : il s'agit ici de collecter des preuves en attendant un vrai procès des criminels de guerre et contre l'humanité en Syrie.

Des preuves, il y en a déjà beaucoup. On pense aux photos de cadavres mutilés exfiltrés par le photographe militaire César. Mais il n'y a pas que ça, explique Catherine Marchi-Uhel, la cheffe du mécanisme : « Le volume de matériel qui a été collecté déjà c'est un volume tout à fait impressionnant. Je pense que ça nous donne beaucoup de travail à faire et d'analyses. Maintenant, évidemment à un moment donné le fait de ne pas pouvoir se rendre sur le terrain pourrait devenir problématique. Je ne pense pas que ce soit quelque chose qui dans l'immédiat nous empêche d'avancer ».

L'arrivée de la Française à la tête du mécanisme n'est pas du goût de Carla Del Ponte. L'ancienne procureur du tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie a claqué la porte de la commission d'enquête sur la Syrie cet été. Faute d'avancées.

Mais aussi parce que la magistrate considère que la juge française a un défaut : elle n'a jamais été procureure. Le signe selon elle que l'ONU ne veut pas vraiment de justice en Syrie. Catherine Marchi-Uhel, elle, s'en défend. Et veut croire que cette nouvelle instance est un pas de plus vers la tenue de procès.

Chronologie et chiffres clés