rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Syrie Terrorisme

Publié le • Modifié le

Syrie: soutenue par ses alliés, l'armée syrienne cingle vers Deir Ezzor

media
Char de l'armée syrienne près de la ville de Deir Ezzor. Ayham al-Mohammad / AFP

L’armée syrienne et ses alliés ont encore progressé dimanche vers la ville de Deir Ezzor, une enclave gouvernementale assiégée par le groupe jihadiste Etat islamique dans l'est du pays, ont rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) et des sources proches du régime.


Avec notre correspondant dans la région, Paul Khalifeh

L’avant-garde des troupes gouvernementales n’est plus qu’à dix kilomètres de la première base de la garnison assiégée depuis trois ans par les jihadistes dans la ville de Deir Ezzor, capitale de la province éponyme. Des colonnes de chars et de véhicules blindées de l’armée syrienne progressent rapidement sur une autoroute menant à Deir Ezzor, sous un intense barrage d’artillerie. Des hélicoptères et des avions russes assurent aux troupes syriennes une couverture aérienne permanente, et bombardent sans relâche les positions du groupe Etat islamique.

Effondrement des premières lignes de défense

L’effondrement des premières lignes de défense de l’EI s’est produit après la prise par l’armée syrienne d’une chaîne de montagne appelée al-Buchri, qui s’étend entre les provinces de Homs, Raqqa et Deir Ezzor. L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a indiqué que ces montagnes abritaient les plus importantes bases jihadistes en Syrie. L’OSDH croit savoir que le calife autoproclamé, Abou Bakr al-Baghdadi, s’était en personne rendu sur cette base, en 2016, pour y rencontrer des chefs de son organisation.

Actions commando

Pendant ce temps, la garnison loyaliste, assiégée à Deir Ezzor, estimée entre 7 000 et 10 000 hommes, multiplie les actions de commando, pour alléger la pressions sur les troupes qui avancent dans le désert, à partir de l’ouest. Plus de 150 000 civils vivent dans la partie contrôlée par le régime à Deir Ezzor. Ils sont ravitaillés par des parachutages de produits alimentaires et de médicaments, effectués par des avions russes et syriens.

Chronologie et chiffres clés