rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Israël Territoires Palestiniens

Publié le • Modifié le

Cisjordanie: des Palestiniens manifestent à Hébron contre les colons

media
Des manifestants palestiniens face aux soldats israéliens pendant la manifestation, le 3 septembre 2017, dans la vieille vilte d'Hébron. REUTERS/Mussa Qawasma

A Hébron, dans les Territoires Palestiniens occupés, l'armée israélienne donne plus de pouvoirs aux colons. Véritable microcosme du conflit israélo-palestinien, Hébron est la plus grande ville de Cisjordanie, mais aussi la seule à être colonisée de l'intérieur par les Israéliens. Protégés par 2 000 soldats, près de 600 colons sont implantés dans le cœur de la vieille ville. Une colonisation illégale au regard du droit international, mais pas pour le ministère de la Défense israélien qui a décidé la semaine dernière d'accorder aux colonies le statut de « municipalité ». Une décision saluée par les Israéliens, mais vivement critiquée par les Palestiniens, car elle constitue selon eux une ligne rouge. Reportage.


Avec notre correspondante à Ramallah,  Marine Vlahovic

Au sous-sol d'une des colonies qui parsèment la vieille ville d'Hébron, Noam Arnon déambule dans les locaux du « Conseil communautaire ». Une municipalité informelle qui vient d'être reconnue officiellement par le ministère de La Défense israélien. Et l'initiative est saluée par le porte-parole des colons. « C'est une décision très importante. La communauté juive d'Hébron est ici depuis des milliers d'années. Bien avant « l'apparition » des Arabes dans ce pays et maintenant c'est reconnu », explique-t-il. Désormais les colons d'Hébron pourront bénéficier de services comme dans n'importe quelle autre ville israélienne.

Hébron est une ville palestinienne, pas une colonie, dénoncent des militants palestiniens venus manifester contre la décision. « Nous devrons faire face à plus de harcèlement, plus de ségrégation, plus d'apartheid, plus de murs et de clôtures. »

Des clôtures qui sont déjà érigées un peu partout à Hébron, à l'image d'un nouveau grillage posé il y quelques semaines et qui isole désormais une cinquantaine de familles palestiniennes du reste de la ville, regrette Wael Fakhouri. « Nous ne sommes pas des animaux à mettre en cage », dit-il.

Les organisations de défense des droits des Palestiniens accusent Israël de « formaliser » ainsi le système d'apartheid dans la ville convoitée.

(Ré) écouter : Hébron, l’impossible destin d’une ville divisée (Grand reportage)

Chronologie et chiffres clés