rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Iran Technologies Défense Etats-Unis Donald Trump Ali Khamenei

Publié le • Modifié le

Défense: l'Iran alloue de nouveaux fonds à son programme balistique

media
Le Parlement iranien, à Téhéran. Nazanin Tabatabaee Yazdi/TIMA via REUTERS

Le Parlement iranien a répondu aux dernières sanctions américaines qui lui ont été imposées, en votant ce dimanche 13 août 2017 un accroissement significatif des moyens financiers alloués au programme balistique de la République islamique et de sa branche militaire chargée des opérations extérieures. Un pas de plus dans le durcissement des relations entre Téhéran et Washington.


Avec notre correspondant à Téhéran,  Siavosh Ghazi

Les députés iraniens ont voté à l’unanimité le texte de loi, dans un contexte de durcissement des relations entre la République islamique et les Etats-Unis depuis l'arrivée du président américain Donald Trump au pouvoir en janvier.

La loi prévoit l’attribution de 220 millions d’euros supplémentaires pour renforcer le programme balistique et autant pour soutenir la force Qods des Gardiens de la révolution, qui intervient notamment en Syrie et en Irak pour aider les gouvernements de ces deux pays en lutte contre les jihadistes.

Une réponse aux sanctions décidées à Washington

Washington avait adopté, à la mi-juillet, de nouvelles sanctions juridiques et financières contre l’Iran, après le lancement d’une fusée destinée à placer des satellites en orbite.

Ensuite, le Congrès américain a voté fin juillet des sanctions contre l'Iran visant le programme balistique du pays, mais aussi son soutien à des organisations comme le Hezbollah libanais, qualifié de groupe « terroriste » par Washington.

L’Iran a dénoncé ces sanctions.

Chaque camp accuse l'autre de violer l'accord de Vienne

Aux yeux de Téhéran, les sanctions violent l’accord nucléaire conclu en juillet 2015 avec les grandes puissances, notamment les Etats-Unis. « Les Américains doivent savoir qu'il ne s'agit là que de notre première réaction », a prévenu le président du Parlement, Ali Larijani.

Donald Trump n'a cessé de critiquer cet accord, qu'il qualifie d'« horrible ». Mais il ne l'a pour l'heure pas remis en cause. Il y a quelques jours, il a lui-même affirmé que l’Iran avait violé l’esprit de l’accord nucléaire.

Chronologie et chiffres clés