rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Turquie Justice Recep Tayyip Erdogan médias

Publié le • Modifié le

Turquie: 35 personnes arrêtées pour avoir utilisé l'application «ByLock»

media
En un peu plus d'un an, la Turquie a procédé à plusieurs milliers d'arrestations. GURCAN OZTURK / AFP

En Turquie, les purges se poursuivent et visent encore une fois des journalistes. Lundi 7 août, 35 nouvelles personnes, journalistes ou employés de journaux, ont été la cible de mandats d'arrêt. Les autorités turques les soupçonnent d’avoir utilisé une application spéciale, qui prouverait leur proximité avec le cerveau présumé du putsch raté de juillet 2016, Fethullah Gülen. Une accusation déjà employée contre des milliers de personnes depuis un an.


Avec notre correspondant à Istanbul,  Alexandre Billette,

Les 35 personnes contre lesquelles un mandat d’arrêt a été émis lundi 7 août sont accusées d’avoir utilisé une application de messagerie pour smartphone, ByLock, qui est considérée par le pouvoir turc comme l’outil principal de communication des putschistes en 2016. Cette application a été développée par des amateurs et est peu sécurisée selon plusieurs experts, mais Ankara l’assure : elle est conçue pour le réseau de Fethullah Gülen.

Depuis un an des milliers de personnes en Turquie ont été arrêtées au prétexte d’avoir téléchargé ce logiciel. Des accusations qui semblent parfois dénuées de sens : ainsi ce jeudi 10 août, l’un des rédacteurs en chef du quotidien BirGün a été interpellé pour avoir utilisé ByLock. Or ce quotidien de gauche est aux antipodes de la nébuleuse de l’imam Gülen. Mais peu importe pour la justice turque, qui a même arrêté ces derniers mois et accusé de « soutenir un groupe terroriste » des journalistes dont le numéro de portable a simplement été retrouvé dans les contacts d’un utilisateur de ByLock.

Chronologie et chiffres clés