rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Turquie Iran

Publié le • Modifié le

La Turquie lance la construction d'un mur à sa frontière avec l'Iran

media
Des camions attendent de passer à Yuksekova, localité turque située à la frontière avec l'Iran, le 25 juin 2012. BULENT KILIC / AFP

En Turquie, les autorités ont lancé un projet de mur pour « sécuriser » la frontière avec l'Iran. Plus d'une centaine de kilomètres de mur devraient ainsi être installés à la frontière est du pays. Ankara entend bloquer le passage d'activistes du PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan, organisation terroriste aux yeux du pouvoir turc.


Avec notre correspondant à Istanbul,  Alexandre Billette

Des blocs énormes de trois mètres de hauteur et de sept tonnes chacun, installés à la frontière iranienne à la demande du ministère de la Défense. Les autorités turques comptent terminer la première phase du projet d'ici deux mois : 30% de la frontière devraient être « sécurisés ».

Cette région est connue pour être poreuse : c'est l'une des routes utilisées par les réfugiés afghans et aussi une zone où le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) est actif. C'est d'ailleurs la raison principale raison évoquée par Ankara : stopper le passage des militants kurdes, bloquer aussi la contrebande, notamment d'essence, qui sert à financer le PKK.

On ne sait pas encore si toute la frontière turco-iranienne sera à terme bouclée par ce mur, mais le projet rappelle un autre mur construit par les autorités d'Ankara. Plus de 80% de la frontière turco-syrienne sont aujourd'hui protégés par un mur, officiellement pour empêcher le passage des jihadistes de l'organisation Etat islamique.

Chronologie et chiffres clés