rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Iran Justice

Publié le • Modifié le

Iran: Alireza Tajiki, 21 ans, en instance d'exécution

media
Amnesty International demande aux autorités iraniennes de renoncer immédiatement à l'exécution d'Alireza Tajiki. Logo AI

Alireza Tajiki, un jeune Iranien de 21 ans, reconnu coupable en 2012, alors qu'il n'avait que 15 ans, du meurtre et du viol d’un homme, a été conduit ce mercredi 9 août vers les lieux de son exécution, selon son entourage.


Alireza Tajiki avait été accusé du viol et du meurtre d'un homme dans la province de Fars, au sud du pays, des faits qu'il avait reconnus « sous la torture ». Lors des audiences à son procès, il s'était rétracté, mais alors qu'aucune preuve n'avait été présentée pour prouver sa culpabilité, la Cour suprême a donné raison aux juges. C'est la troisième fois qu'une date d'exécution est annoncée pour le jeune homme. Selon ses proches, ce mercredi, le jeune condamné a été conduit sur les lieux de son exécution.

Dans un communiqué, Amnesty International demande aux autorités iraniennes de renoncer immédiatement à cette exécution.

Mais la famille d'Alireza Tajiki avait été appelée par la prison dans la journée « pour une dernière rencontre ».

Contactée par la rédaction persane de RFI, Maryam Tajiki, la sœur d'Alireza a affirmé que son frère « a été mis en quarantaine aujourd’hui [mercredi 9 août] pour une exécution prévue demain matin. Un an après la dernière date d'exécution, les autorités ont décidé de mettre en application la sentence de mort prononcée contre lui. L’article 91 de la loi pénale iranienne accorde une réduction de peine à ceux qui au moment de l’acte avaient moins de 18 ans. Mon frère, lui, il n’en avait que 15. Nous nous trouvons actuellement à la prison et attendons les plaignants [la famille de la victime] pour nous jeter à leurs pieds et demander leur clémence. C’est la seule chose que nous pouvons faire. Et nous demandons aussi aux autorités iraniennes de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour sauver ce garçon. »

L'exécution par pandaison d'Alireza Tajiki est prévue demain jeudi dans la journée.

« L'Iran démontre ainsi que son enthousiasme à mettre à mort des mineurs délinquants, en violation du droit international, n'a pas de limites. », écrivait déjà Amnesty International sur son site, jeudi 3 août, après la pendaison de Hassan Afshar, âgé de 19 ans. Par la même occasion, l'ONG s'inquiétait du sort d'Alireza Tajiki et de « 160 condamnés qui se trouvent dans le couloir de la mort dans les prisons iraniennes pour des crimes qu'ils sont accusés d'avoir commis alors qu'ils avaient moins de 18 ans. »

Si [les plaignants] ils retirent leur plainte, non seulement il n'y a plus d'exécution, il n'y a plus de châtiment non plus
Alireza Tajiki en passe d'être exécuté 09/08/2017 - par Véronique Gaymard Écouter

Chronologie et chiffres clés