rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Urgent
Egypte: l'attaque d'une mosquée dans le Sinaï fait au moins 54 morts selon la télévision d'Etat

Territoires Palestiniens Mahmoud Abbas Abdallah II Jordanie

Publié le • Modifié le

Le roi Abdallah de Jordanie reçu par Mahmoud Abbas à Ramallah

media
Le roi de Jordanie Abdallah II (à gauche) et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à Ramallah, le 7 août 2017. REUTERS/Mohamad Torokman

C'est une visite exceptionnelle qu'a effectuée le roi de Jordanie Abdallah II dans les Territoires palestiniens occupés ce lundi 7 août. Le souverain s'est rendu à Ramallah en Cisjordanie pour rencontrer Mahmoud Abbas, le président de l'Autorité palestinienne. Une visite symbolique, quelques semaines après la crise de l'esplanade des Mosquées.


Avec notre correspondante à Ramallah,  Marine Vlahovic

Une rencontre de deux heures à peine entre le roi Abdallah II de Jordanie et Mahmoud Abbas et dont on ne connait pas la teneur. Les deux dirigeants se sont engouffrés dans les quartiers généraux de l'Autorité palestinienne sans faire aucune déclaration.

« Il s'agit de montrer à Israël que les Palestiniens et les Jordaniens sont unis » selon certains officiels de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). Car cette visite exceptionnelle a lieu dans un contexte particulier : quelques jours seulement après le dénouement de la crise de l'esplanade des Mosquées et l'incident diplomatique de la fusillade de l'ambassade d'Israël à Amman qui a coûté la vie à deux Jordaniens.

Selon le ministère des Affaires étrangères palestinien, les deux dirigeants ont décidé de la mise en place d’une cellule de crise commune chargée de coordonner leurs actions à Jérusalem-Est. Depuis 1967, c’est la Jordanie qui gère l’esplanade des Mosquées, et selon certaines sources, l’Autorité palestinienne aurait reproché au royaume hachémite de ne pas avoir réagi assez vivement lorsque l’Etat hébreu a imposé de nouvelles mesures de sécurité autour du lieu saint, donnant naissance à un vaste mouvement de protestation populaire qui a obligé Israël à retirer ces dispositifs contestés.

Il aurait aussi été question de la reprise des négociations de paix, alors que Mahmoud Abbas, visiblement fatigué, a suspendu officiellement la coopération sécuritaire avec l'Etat hébreu. Le souverain du royaume hachémite a quitté la Cisjordanie sans se rendre du côté israélien. Signe que les relations entre les deux pays sont plus que jamais tourmentées.

Chronologie et chiffres clés