rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Jordanie Israël Diplomatie

Publié le • Modifié le

Attaque à l’ambassade d’Israël: Amman exige une enquête

media
Près de l'ambassade israélienne, les manifestants ont scandé des slogans tels que «Mort à Israël» ou «Pas d'ambassade sioniste sur le sol jordanien». Amman, le 28 juillet 2017.. REUTERS/Muhammad Hamed

La crise diplomatique se poursuit entre Israël et la Jordanie. Amman réclame une enquête sur la mort de deux de ses ressortissants tués par un garde de l'ambassade d'Israël. Les autorités exigent que l'enquête soit lancée avant de laisser revenir à son poste l'ambassadrice d'Israël en Jordanie. Jeudi, plusieurs milliers de Jordaniens ont manifesté à Amman, ils demandent à leur gouvernement de fermer l'ambassade d'Israël dans la capitale jordanienne.


Tout commence dimanche dernier. Ce jour-là à Amman, un jeune ouvrier de 17 ans arrive dans l'immeuble qui abrite l'ambassade d'Israël en Jordanie. Il vient à la demande d'un des gardes de l'ambassade pour installer des meubles dans l'appartement de ce dernier.

Une dispute éclate alors entre les deux hommes pour un motif que l'on ignore encore. Le garde ouvre le feu. Le jeune ouvrier décède, mais également le propriétaire de l'immeuble qui se trouvait sur les lieux.

Plus tard, le garde déclarera que le jeune adolescent voulait le poignarder avec un tournevis. Pour les Jordaniens, impossible d'en savoir plus, le garde, mais aussi l'ambassadrice d'Israël ont été rapidement exfiltré vers Tel-Aviv.

Pour ajouter à la colère des Jordaniens, le garde est reçu en personne par le Premier ministre israélien et l'embrasse devant les caméras. A présent, Amman réclame l'ouverture d'une enquête. Sans cela, pas question que Mme l'ambassadrice ne revienne dans la capitale jordanienne.

En 1997 déjà, des agents du Mossad avaient instillé du poison, en Jordanie, dans l'oreille du chef du Hamas de l'époque Khaled Mechaal. Furieux, le roi Hussein avait contraint alors Benyamin Netanyahu, déjà Premier ministre, de fournir l'antidote. Dans le cas contraire, le roi Hussein menaçait de faire pendre les agents du Mossad. Israël avait dû se plier alors à ces exigences.

Chronologie et chiffres clés