rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Emmanuel Macron Benyamin Netanyahu Israël France Territoires Palestiniens

Publié le • Modifié le

Emmanuel Macron appelle à une reprise des négociations israélo-palestiniennes

media
Benyamin Netanyahu (g) et Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse commune à l'Elysée, le 16 juillet 2017. REUTERS/Stephane Mahe

En marge des commémorations de la rafle du Vél d’Hiv, Emmanuel Macron a reçu à l’Elysée ce dimanche 16 juillet le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu.


L'entretien entre les deux dirigeants a duré beaucoup plus longtemps que prévu. Pour Emmanuel Macron et Benyamin Netanyahu, il a été l’occasion de souligner les convergences. « Votre combat contre l'islamisme radical est le nôtre », a ainsi déclaré le Premier ministre israélien.

Le président français a pour sa part rappelé le soutien et l'attachement indéfectible que la France porte à la sécurité d'Israël.

Le chef de l'Etat français a également assuré le chef du gouvernement israélien que Paris sera extrêmement vigilant à l'application de l'accord sur le nucléaire iranien, que Benyamin Netanyahu, qui redoute que Téhéran se dote de l’arme nucléaire, vit comme un cauchemar. Emmanuel Macron a également dit partager les inquiétudes d'Israël sur l'armement du Hezbollah libanais.

Mais il existe aussi des points de divergences. Pour le président français, seules des négociations de paix israélo-palestiniennes concluantes peuvent ramener la sécurité en Israël. « Il est important pour cela de s’assurer que les conditions de la négociation et de la paix ne sont pas remises en cause dans les faits et que le droit international est respecté par tous, a-t-il rappelé. Et je pense ici à la poursuite des constructions dans les colonies ». Pas un mot en revanche n’a été dit sur une éventuelle conférence de paix.

Enfin Benyamin Nethanyou a salué le fait qu'Emmanuel Macron condamne évidemment l'antisémitisme, mais aussi l'antisionnisme. « Nous ne cèderons rien à l'antisionisme, car il est la forme réinventée de l'antisémitisme », avait déclaré un plus tôt le président français lors de la cérémonie qui a marqué le 75e anniversaire de la rafle de Vél d'Hiv en 1942.

 

Chronologie et chiffres clés