rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Territoires Palestiniens Israël Energies

Publié le • Modifié le

Crise de l’électricité à Gaza: 3 heures d'électricité toutes les 27 ou 28h

media
Femme assise devant chez elle à Khan Younès, dans le sud de Gaza, le 11 juillet 2017. REUTERS/Ibraheem Abu Mustafa

L'unique centrale électrique de la bande de Gaza est à nouveau à l'arrêt. Elle a cessé de fonctionner mercredi 12 juillet, faute de fuel. Le territoire connaît depuis des mois une crise energétique. Les deux millions d'habitants doivent désormais vivre avec des coupures de 24 heures ou plus. Et la situation humanitaire se dégrade.


De notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

« Dans mon quartier, cela fait 24 heures que nous n'avons pas eu d'électricité », confiait ce jeudi 13 juillet au matin un Gazaoui à RFI. « La situation est vraiment difficile »,  confirmait un autre habitant de ce territoire palestinien.

Car avec trois heures d'électricité toutes les 27 ou 28 heures, impossible de garder des aliments au frais, de faire fonctionner ventilateurs ou climatiseurs en plein été. Impossible aussi de mettre en marche les pompes permettant d'alimenter en eau les appartements. Prendre une douche et faire le ménage sont devenus de vrais défis.

Cela fait trois mois désormais que cette crise énergétique a pris des allures dramatiques. En cause: un bras de fer entre l'Autorité palestinienne basée à Ramallah et le Hamas au pouvoir à Gaza. Il y a deux semaines, la situation s'était améliorée: l'Egypte avait entamé des livraisons de fuel pour remettre en marche l'unique centrale électrique de la bande.

Mais les livraisons sont insuffisantes et cette initiative égyptienne a entraîné de nouvelles restrictions imposées par l'Autorité palestinienne à la bande de Gaza. Quinze jours plus tard, la centrale est donc à nouveau à l'arrêt... Et pour les habitants, la situation est pire qu'avant.

Chronologie et chiffres clés