rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Egypte Territoires Palestiniens

Publié le • Modifié le

Début de dialogue entre le Hamas et l'Egypte d'Abdel Fattah al-Sissi

media
Le leader du Hamas, Ismaïl Haniyeh, le 8 mai dernier à Gaza. MAHMUD HAMS / AFP

Les autorités égyptiennes et le Hamas palestinien, qui contrôle la bande de Gaza, ont entamé un dialogue qualifié de «constructif» pour la première fois depuis la destitution, en juillet 2013, du président Mohamed Morsi, qui était issu des Frères musulmans.


De notre correspondant au Caire,

Ce qui a poussé Le Caire à changer sa position jusque-là hostile au Hamas ? La violence dans le nord-est du Sinaï, théâtre d’une sanglante guérilla opposant les forces de sécurité du régime Sissi à la branche égyptienne du groupe Etat islamique.

Dernier acte de violence en date : l’attaque contre des positions de l’armée égyptienne près de la frontière avec Gaza, qui s’est soldée par la mort de 23 militaires et d’une quarantaine de terroristes selon Le Caire.

Dans son dialogue avec Le Caire, le mouvement de résistance islamique palestinien espère un allègement du blocus israélien contre Gaza, qui étrangle l'enclave palestinienne et ses 2 millions d’habitants.

Le Hamas espère parvenir à un accord pour l’ouverture du point de passage avec l’Egypte. Le point de passage de Rafah a été fermé par l’Egypte depuis la prise de pouvoir du Hamas à Gaza en 2007.

Les sanctions de certains pays arabes, dont l’Egypte, contre le Qatar ont certainement influencé ce dialogue. Le Hamas est encore plus isolé, puisque le Qatar était son principal bailleur de fonds et son meilleur soutien politique.

Même si l’émissaire du Qatar à Gaza a promis la poursuite de l’aide économique, les dirigeants du Hamas préfèrent disposer d’une solution de rechange. C’est pourquoi ils ont engagé des discutions avec le Palestinien Mohammed Dahlan, qu’ils avaient combattu et chassé de Gaza lors de la guerre fratricide de 2007.

Aujourd’hui, Mohammed Dahlan est un rival de Mahmoud Abbas, chef de l’Autorité palestinienne, et un proche de l’Egypte du président Sissi ainsi que de l’Arabie saoudite du prince Mohammed ben Salman. Il est surtout un conseiller du prince héritier d’Abou Dhabi, Mohammed ben Zayed.

→ À relire : Le Hamas se rapproche du Caire et s’éloigne de Ramallah

Chronologie et chiffres clés