rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Irak EI

Publié le • Modifié le

Irak: à Mossoul, la vie reprend peu à peu son cours

media
Une Irakienne ayant fui la Vieille ville de Mossoul, attend d'être relogée, le 8 juillet 2017. Fadel SENNA / AFP

Les dernières poches de résistance jihadistes sont sous le feu de l'armée irakienne dans la Vieille ville de Mossoul. Le centre-ville est ravagé—: plus d'électricité, plus d'eau, ni d'écoles ou d'hôpitaux. Mais malgré les combats, les habitants ont la volonté de retrouver une vie normale.


Si elle ne fait plus de doutes, la libération de Mossoul n'est pas encore effective. Quelques pâtés de maisons sont encore sous le contrôle des jihadistes dans la Vieille ville.

Mais ces combats pour libérer les dernier quartier n'ont pas empêché les habitants de fêter la reprise de la ville, selon Hovig Etyemezian, coordinateur de l'agence des Nations unies pour les réfugiés à Mossoul.

« Il y a beaucoup de festivités dans pas mal d'endroits à Mossoul. Beaucoup de groupes d'Irakiens arrivent par l'ouest ou par l'est [de la ville], pour célébrer la fin des hostilités, raconte-t-il. Une bonne partie des déplacés disent qu'ils attendent une compensation pour reconstruire leur maison. Les gens parlent aussi de la sécurité revenue qui leur permet de vivre une vie normale. »

« Il y a des personnes qui disent : "ma maison n’est pas trop touchée et je suis dans un quartier où  il y a pas mal de gens qui sont revenus, donc moi je rentre" ; il y en a d’autres qui disent "non ma maison est endommagée et mes voisins ne sont pas retournés non plus, donc j’attends" », ajoute-t-il.

« Je suis très heureux de la libération après trois ans d'occupation, explique pour sa part un habitant au micro de RFI. Pendant la "catastrophe", toutes ces années, on ne pouvait pas sortir de Mossoul, même les malades demandaient des permissions et ne les obtenaient pas. Mais pour le moment, personne ne sait vraiment qui gouverne la ville. »

« Les marchés ont repris »

D'après Hovig Etyemezian, les habitants reprennent néanmoins le plus vite possible leur train de vie : « Les marchés ont repris très rapidement. Et dans l'ouest il y a des quartiers où la vie est revenue », assure-t-il.

Reste à savoir combien de temps il faudra à l'administration irakienne pour reconstruire la Vieille ville et y réinstaller les services de bases.

Chronologie et chiffres clés