rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Irak EI Etats-Unis

Publié le • Modifié le

Irak: l'armée annonce le début de son offensive dans la vieille ville de Mossoul

media
Des membres de l'armée irakienne en pleine progression dans les rues de Mossoul, samedi 17 juin. REUTERS/Alkis Konstantinidis

Les forces irakiennes lancent l’assaut sur la vieille ville de Mossoul. C’est ce qu’a annoncé ce dimanche 18 juin 2017 le chef des opérations sur place, le général Abdelamir Yarallah. Mossoul est le dernier grand fief urbain de l’organisation Etat islamique en Irak. Cent mille civils seraient encore pris au piège dans cette ville du nord du pays selon l'ONU.


Les frappes aériennes ont commencé juste après minuit. Les opérations terrestres contre certaines parties de la vieille ville ont pour leur part débuté à l’aube, c’est ce qu’a indiqué un officier irakien sur place.

Mossoul avait été prise par l’organisation Etat islamique en juin 2014. Depuis octobre 2017, les forces irakiennes appuyées par la coalition conduite par les Etats-Unis tentent d'en reprendre le contrôle.

Fin janvier, elles ont reconquis la partie orientale. Dès le mois de février, elles ont commencé à progresser dans la partie occidentale. Aujourd’hui, elles contrôleraient 90 % de Mossoul.

Mais pour reprendre la vieille ville, cela s’annonce compliqué. Difficile d’utiliser des blindés dans ce dédale de petites rues très peuplées. Et l’usage d’armes lourdes mettrait en danger la population civile.

Des civils utilisés comme boucliers humains selon les Nations unies

Depuis le début de l’offensive il y a huit mois, 862 000 personnes ont été déplacées, mais 195 000 d’entre elles sont finalement revenues à Mossoul, surtout dans l’est de la ville.

Selon le Haut Commissariat de l’ONU pour les réfugiés en Irak, plus de 100 000 civils pourraient encore être retenus dans la vieille ville, essentiellement comme boucliers humains.

Des civils qui étaient en train de fuir les combats auraient même été capturés par l’organisation Etat islamique pour servir de boucliers humains.

L’objectif de l’armée irakienne et de la coalition est double : libérer la deuxième ville d’Irak et sa population, mais aussi venir à bout du dernier grand fief de l’organisation Etat islamique dans ce pays.

Il ne resterait plus que quelques centaines de combattants du groupe EI, 300 à 400 tout au plus, à Mossoul. Les autres ont été tués ou ont fui, beaucoup d’entre eux ont rejoint le territoire contrôlé par l’EI en Syrie, entre Deir Ezzor et Raqqa et Abou Kamal, surtout dans la région reculée et désertique sur la frontière. En fait, la ville aurait été reprise il y a longtemps si sa population civile n’avait pas été aussi importante
Ryad Kahwaji, Institute for Near East and Gulf Military Analysis 18/06/2017 - par Christophe Paget Écouter

Chronologie et chiffres clés