rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

EI Israël Terrorisme Territoires Palestiniens

Publié le • Modifié le

Revendications des groupes EI et Hamas après une attaque meurtrière à Jérusalem

media
La scène de l'attaque du vendredi 16 juin 2017 à Jérusalem. Une policière israélienne a perdu la vie. REUTERS/Ammar Awad

Une policière de 23 ans a été poignardée à mort, vendredi 16 juin 2017 à Jérusalem. Trois Palestiniens ont attaqué un groupe de policiers près de la vieille ville avant d'être abattus. La confusion règne autour des auteurs de cet assaut. Le groupe EI a d'abord revendiqué cet acte, avant que le Hamas ne démente.


Avec notre correspondant à Jérusalem,  Michel Paul

Le groupe Etat islamique salue les « lions du califat » qui ont « attaqué un rassemblement de juifs » à Jérusalem. L’organisation donne également le nom des trois assaillants.

La police israélienne, de son côté, a annoncé avoir abattu par des tirs de riposte ces Palestiniens, qui sont parvenus à tuer à coups de couteau une policière israélienne près de la vieille ville.

Guerre des communiqués entre l'Etat islamique et le Hamas

Le 10 avril dernier, Daech avait revendiqué le tir d’une roquette qui, à partir de la péninsule du Sinaï, visait le sud d’Israël.

Mais c’est la première fois que l'organisation Etat islamique revendique une attaque meurtrière dans les rues de Jérusalem. Et l'EI avertit que ce ne sera pas la dernière.

Une revendication rejetée par le Hamas, le Mouvement de résistance islamique qui contrôle la bande de Gaza. Les trois attaquants, peut-on lire dans un communiqué, sont issus du Front populaire de libération de la Palestine et du Hamas.

« La revendication de l’Etat islamique est une tentative de brouiller les cartes », estime un porte-parole du Hamas. Guerre des communiqués, donc.

Le village d'origine des trois Palestiniens encerclé par l'armée

En tout cas, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a tenu, dès vendredi 16 juin, une consultation téléphonique avec les chefs des services de sécurité en Israël.

Gilad Erdan, le ministre de la Sécurité intérieure, a proposé de supprimer immédiatement les allègements mis en place pendant la période du ramadan. Notamment un accès facilité à la mosquée al-Aqsa de Jérusalem.

A l’ouest de Ramallah, le village de Deir Abu-Mashal d’où sont originaires les auteurs de l’attaque a été encerclé par l’armée israélienne, qui procède à des perquisitions.

→ Écouter sur RFI : Cinquante ans d’occupation, le conflit est aussi économique

Chronologie et chiffres clés